Enseigner le nom des lettres : trois conseils pour une plus grande efficacité

Nommer les lettres rapidement et automatiquement seraient deux facteurs importants du développement de la lecture.

1. Il est nécessaire dévaluer individuellement chaque élève (cycle 1-cycle 2 et cycle 3 : voir conseil 3) concernant le nom des lettres car c’est ce qu’il convient d’acquérir en premier. Cela vous permet d’avoir une connaissance très précise de ce que chacun sait. C’est un peu long mais ce temps sera très vite regagné par la suite : vous saurez quelles lettres travailler en collectif et quelles lettres travailler en APC par exemple. Pour évaluer, une fiche contenant les lettres dans le désordre en times new roman 14 ou 16 est proposée. Demandez à chaque enfant le montrer une lettre et de donner son nom aussitôt. Paradoxalement, la bienveillance ici, consiste à ne pas compter juste toute reprise (« m » non « n ») ; toute hésitation (« je crois que c’est « j ») et une réponse juste mais après 3 secondes de réflexion… car c’est le reflet de connaissances non stabilisées. La dénomination rapide montre si l’accès au nom de la lettre est rapide (et non uniquement s’il connait le nom de la lettre), preuve d’une connaissance automatisée et stable.

Évaluation de la connaissance du nom des lettres

2. Faire attention de ne pas enseigner au début, uniquement  le nom des voyelles car le son est égal au nom (a-e-i-o-u) et le risque est que des enfants en déduisent la même chose pour les consonnes. N’utilisez pas uniquement un support papier et l’encre mais variez les supports de manière à favoriser la mémorisation par les sens : lettres en creux à toucher ou lettres en papier rugueux… Dans tous les cas, bien orienter la lettre et/ou son support, et ne pas faire travailler les enfants les uns en face des autres mais côte à côte afin d’éviter les confusions (b-p ; q-d ; u-n).

20190828_170925

3. Cet enseignement n’est pas à réaliser uniquement aux cycles 1 et 2. Évaluer la connaissance du nom des lettres au cycle 3 peut vous révéler des lacunes à combler.

La recherche que j’ai menée au cycle 3 révèle qu’un élève de CE2 sur deux peut ne pas connaître le nom des 26 lettres de l’alphabet (éducation prioritaire). En voici un résumé : Cette recherche longitudinale se compose de 300 élèves de CE2 (8 ans) répartis au sein de deux groupes (expérimental : 235 élèves et témoin : 65 élèves). Le groupe expérimental a été divisé en deux, l’un a suivi un entraînement en conscience phonologique et en connaissance du nom des lettres (110 élèves) tandis que l’autre a suivi uniquement un entraînement de la conscience phonologique (125 élèves). La durée de l’entraînement réalisé par les enseignants a été de trois ans.

Les 298 élèves de CE2 (2 élèves présentent un handicap visuel) de l’échantillon ont passé une évaluation du nom des lettres de l’alphabet.

Résultats :
Quel que soit le groupe, moins de 50% des élèves de CE2 connaissent le nom des 26 lettres. J’ai répertorié le nombre d’erreurs pour chacune des lettres :

a b c d e f g h i
0 9 7 17 1 0 18 4 0
j k l m n o p q r
28 9 32 1 2 0 10 54 0
s t u v w x y z  
18 2 1 0 8 14 31 2

Pour en savoir plus, voici un power-point de présentation de cette recherche et de l’évaluation du nom des lettres dans tous les niveaux d’une école élémentaire :

Communication ACFAS Sophie Briquet 31 mai 2019

Correspondances entre les écritures en pédagogie différenciée

Les correspondances entre les trois écritures (cursive, scripte minuscule et scripte majuscule (capitale)) font partie des programmes de l’école maternelle de 2015, domaine 1. Mobiliser le langage dans toutes ses dimensions ; 1.2. L’écrit : découvrir le principe alphabétique. Il est attendu des enfants qu’ils reconnaissent les lettres de l’alphabet, les correspondances entre les trois manières de les écrire et de savoir copier à l’aide d’un clavier.

Pour aider les élèves à apprendre les correspondances entre les différentes écritures, nous pouvons leur proposer des alphabets. Comme ils n’apprennent pas tous de la même manière, je vous en propose plusieurs, de façon à ce que chaque élève puisse à un moment donné choisir le support qui correspond le plus à ses besoins : entre 2 et 4 écritures (j’ai ajouté les majuscules en cursive que les grands aiment écrire au début de leur prénom) ; des plans verticaux et horizontaux ; des alphabets colorés pour un meilleur repérage d’une même lettre en évitant les confusions b,d,p, q par exemple ; un alphabet AZERTY pour écrire sur l’ordinateur ; des lettres bien espacées… et j’ai complété l’écriture cursive à la main car un ordinateur ne sait pas reproduire les imperfections de l’écriture humaine !

Bonne découverte, appropriation et création…  à compléter avec votre écriture cursive et à plastifier !

Correspondances entre les trois écritures

Tableau de correspondances 2 écritures scriptes avec couleurs

Tableau de correspondances 2 écritures scriptes AZERTY pour travail sur ordinateur

Tableau de correspondances 2 écritures scriptes en horizontal avec espacements

Tableau de correspondances 3 écritures en horizontal

Tableau de correspondances 3 écritures en vertical

Tableau de correspondances 4 écritures dont scripte à la main en horizontal

Tableau de correspondances 4 écritures dont scripte à la main en vertical

Tableau de correspondances 4 écritures en horizontal

Tableau de correspondances 4 écritures en vertical

Tableaux de correspondances 4 écritures en horizontal Ordres différents

 

Apprendre le retour à la ligne grâce aux arts

Le retour à la ligne pose problème en maternelle et l’enseignant le repère, le plus souvent, lorsque les enfants réalisent une production d’écrits. Cela laisse à penser que s’il est logique pour eux d’effectuer le retour à la ligne en repartant à droite lorsqu’ils écrivent une phrase par exemple, ils risquent de faire la même chose lorsqu’ils lisent, regardent les écrits d’un album… et cela reste difficilement repérable par l’enseignant.

Afin d’apprendre le retour à la ligne aux élèves de MS/GS, je vous propose une fiche de préparation leur permettant de s’exercer en réalisant une activité artistique.

La production artistique en peinture, dirigée pour atteindre un objectif de lecture-écriture, permet de dédramatiser une difficulté et motive les enfants. C’est le propre de l’école maternelle, pouvoir travailler un objectif précis en convoquant un autre domaine. C’est ce qui fait peur également aux enseignants débutants. J’espère que cet exemple pourra contribuer à les rassurer.

Les précautions à prendre concernant l’orientation de la feuille, la position des enfants et la place du matériel sont indiquées pour un bon déroulement.

Belle découverte !

Fiche de préparation Retour à la ligne

FICHE DE PRÉPARATION MS-GS Retour à la ligne

 

Un petit mot pour commencer

Bienvenue sur mon blog dédié à l’enseignement-apprentissage à l’école maternelle.

Vous pouvez découvrir les différentes catégories qui seront alimentées au fur et à mesure. je vais partager des documents directement utilisables en classe tout en justifiant le plus souvent leur conception et la réflexion qui ont permis leur création.

Enseignant-chercheur à l’ESPE, je partagerai également mes recherches, mes cours, des bibliographies, des interventions en formation continue des professeurs des écoles et la préparation de la seconde épreuve orale du CRPE intitulée « Connaissance du système éducatif« .

Bonne lecture et bonne appropriation !

Sophie Briquet-Duhazé

Classe