Mange-soucis prénommé « Justin CÂLIN »

     Le « mange-soucis » ou « avale-soucis » permet aux enfants d‘exprimer leurs émotions. Comme l’explique Catherine Guéguen (2018), chez les jeunes enfants, c’est le cerveau archaïque et émotionnel qui domine (jusqu’à 5 ans) ce qui fait qu’il crie, hurle, pleure, fait une colère… « Arrête de pleurer » ou « calme-toi » sont des phrases qui viennent automatiquement chez un adulte vis à vis d’un enfant. Lui parler doucement, calmement, dire « non » mais sans crier ni humilier s’apprend et les neurosciences affectives et sociales nous y aident. Pour accompagner concrètement des phrases chaleureuses et rassurantes quand une colère arrive ou qu’un enfant hurle, il y a le « mange-soucis ». Dans le commerce ou  sur internet (avale-soucis à fabriquer), ils sont souvent représentés par des petits montres.  J’ai pris un peu le contre-pied car si l’avale-soucis fait bien son travail et libère ainsi l’enfant d’une émotion contrariante, il devient un compagnon, dont on aimerait peut-être se passer mais un compagnon qui a aidé au bon moment. L’avale-soucis que je vous présente n’est donc pas un monstre mais une grenouille a la large bouche permettant d’engloutir des petits mots écrits mais surtout  des mots-maux oraux. Souvent, les avale-soucis ont une bouche qui peut s’ouvrir et se fermer grâce à une fermeture à glissière à grandes dents, afin d’accentuer le côté « monstre » ; j’ai donc choisi une fermeture à glissière fine. La grenouille n’est pas verte pour casser les codes, ainsi elle n’est pas tout à fait une peluche ni un doudou. Elle a un ventre dans lequel on peut aussi déposer des soucis et son dos forme une cape de super-héros puisqu’elle délivre ! Vous n’avez pas besoin de patron cette fois pour la réaliser :

Justin CALIN 2                    Justin CALIN 1

1. Prendre une coque en mousse, la tailler pour lui donner la forme de la bouche, surfiler.

Justin CALIN 1 (2)

2. Coudre la fermeture à glissière qui permettra d’obtenir une bouche ouverte ou fermée.

Justin CALIN 1 (3)

3. Dans du tissu matelassé, découper 2 ronds de 7 cm de diamètre pour les yeux, surfiler.

Justin CALIN 1 (4)

4. Passer un fil tout autour. Mettre un peu de rembourrage. Tirer sur le fil pour fermer les yeux et les coudre sur la coque à l’aide de gros boutons-pressions, c’est plus facile.

Justin CALIN 1 (5)

5. Découper 2 carrés de 30 X 30 cm dans 2 couleurs ou motifs différents. Surfiler et coudre en laissant 10 cm ouvert en haut et au milieu afin de retourner l’ouvrage au niveau du cou. Repasser sur l’endroit.

Justin CALIN 1 (6)

6. Passer un fil tout le long de l’encolure (partie non cousue), serrer et coudre à la tête.

Justin CALIN 1 (7)

7. Nouer un ruban autour du cou et 4 petits rubans aux angles pour symboliser les pattes.

Justin CALIN 2

Il ne reste plus qu’à présenter Justin CALIN ou ses cousins à la classe, expliquer son rôle et lui trouver une place accessible pour les enfants. Plusieurs peuvent être fabriqués pour l’école dont un pour le dortoir ou un autre dans la salle de jeux voire à l’entrée des toilettes… Les avale-soucis trouvent également leur place en crèches et jardins d’enfants.

Mange-soucis prénommé « Hippo-cible CRPE »

     Il y a les fiches de lecture scientifique, les fiches pour préparer l’oral du CRPE « Connaissance du Système Educatif » et puis, de manière un peu plus légère, mais tout aussi importante : les « mange-soucis » ou encore appelés les « avale-soucis« .

S’il en existe pour les enfants afin de les aider à maîtriser leur stress, gérer leurs émotions, je n’en ai pas trouvé pour adultes. Et pourtant… les adultes n’ont-ils pas à gérer leur stress, et leurs émotions ? Mais un mange soucis pour les étudiants préparant le CRPE, il fallait oser ! Oui et non car si l’on souhaite que ces futurs enseignants s’attardent sur les ouvrages de Catherine Guéguen, particulièrement  « Heureux d’apprendre à l’école. Comment les neurosciences affectives et sociales peuvent changer l’éducation » paru aux éditions Les Arènes en 2018, et bien il faut illustrer comment ces futurs enseignants pourront, plus tard dans leur classe, ou très vite en stage, confectionner un mange soucis pour leurs élèves.

Celui-ci s’appelle « Hippo-cible CRPE » (comme c’est dimanche je traduis au cas où… « C’est possible le CRPE » !) et dès que mes étudiants M2 MEEF mention 1 rentreront de stage, il découvriront en salle G13 Pédago Ginette, à l’atelier où nous préparons l’oral CSE, ce mange-soucis car, à cet atelier, il arrive qu’il y ait des émotions à gérer… Je ne doute pas que les étudiantes du master PEPAD « Petite enfance et Partenariat éducatif » l’utiliseront elles aussi avec grand plaisir !

Et voici les 10 étapes de sa fabrication et les patrons :

Mange-soucis patron 1

Mange-soucis patrons 2 et 3

  1. Tailler 2 fois le patron 1. Surfiler.

Mange soucis 1

 

 

 

 

 

 

 

2. Assembler sur l’envers et coudre de chaque côté au niveau des poignets.

Mange soucis 2

3. Poser l’assemblage en ouvrant la bouche, cela donne le format du patron 2.

Mange soucis 3

4. Découper la bouche, surfiler et la coudre sur la tête.

Mange soucis 4

5. Remettre à l’endroit. Repasser pour avoir des contours bien nets.

6. Sur l’envers, coudre au milieu de la bouche pour que celle-ci ait une forme correcte.

Mange soucis 7

7. Coudre les narines (2 boutons) et les yeux (2 boutons boules).

Mange soucis 8

8. Découper 4 fois (2 X 2 couleurs) les oreilles (patron 3).

Mange soucis 9

9. Surfiler, coudre 2 par 2. Retourner, repasser. Pincer et coudre à la base de l’intérieur des oreilles.

Mange soucis 10

10. Coudre les oreilles à la main.

Mange soucis 11

Mardi, je vais aller travailler avec 3 enseignantes et leurs élèves de CE1 sur la mémorisation du nom des lettres. Je vais donc coudre également un mange-soucis que j’emporterai si jamais certaines lettres faisaient de la résistance !

Je lui ai déjà trouvé un nom : Justin CÂLIN !

A suivre donc !

Cahiers de maternelle au Danemark

     Voici des cahiers de maternelle utilisés au Danemark :

– Le petit cahier est d’un format un peu plus petit qu’en France (170 X 210 mm) avec des lignes noires tous les 9 mm et une marge noire également, très peu large.

– Le cahier grand format (21 X 29,5 cm) présente les mêmes caractéristiques sauf que le lignage et la marge sont de couleur bleue.

Cahiers maternelle Danemark 1     Cahiers de maternelle Danemark 2

Cahiers de maternelle en Autriche

     Voici des cahiers de maternelle utilisés en Autriche : cahiers avec carreaux de 0,5cm X 0,5cm et un cahier particulier (petit et grand format) avec des lignes horizontales tous les cm mais comprenant une marge rouge à gauche sur la page de gauche et une marge rouge à droite sur la page de droite !

Cahiers de maternelle en Autriche 1

Cahiers de maternelle en Autriche

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Puis des cahiers pour apprendre à écrire les lettres ; des cahiers différents existent pour apprendre à écrire les chiffres (lignage différent).Cahier de maternelle en Autriche pour l'écriture 1

Cahier de maternelle en Autriche pour l'écriture 2

 

Impact de l’entraînement en conscience phonologique sur la production d’écrits

L’entraînement régulier en conscience phonologique en maternelle a plusieurs impacts, dont celui de permettre à l’élève de produire des écrits en autonomie au CP, ce qui renforce son apprentissage de la lecture. L’enfant pense à ce qu’il veut écrire, il respecte l’ordre des mots, découpe chaque mot dans sa tête, en syllabes, puis chaque syllabe en phonèmes, toujours en respectant l’ordre. Il a appris à fusionner les phonèmes et les syllabes, il n’a donc pas de problème pour savoir où il en est. Il connait quelques conversions phonèmes-graphèmes et quand il est bloqué, il dit « Maîtresse comment on écrit [∫] « .

Ce qu’il ne peut pas savoir (il ne sait pas encore lire)  : où doit-on couper les mots et l’orthographe. Mais pour le reste, c’est la maîtrise d’un grand travail de réflexion en autonomie permettant de passer de l’oral à l’écrit !

Voici quelques exemples :

Dès octobre :

20190411_10415720190411_104210.jpg

20190411_10425020190411_104222

20190411_104232

Il y a des « e » à la fin de certains mots, car l’enfant l’a bien remarqué : en français plein de mots se terminent par un « e » !