L’atelier zéro : dispositif pédagogique permettant d’enseigner individuellement en classe entière

L’atelier zéro est un dispositif pédagogique facilitant la gestion des difficultés de certains élèves ou bien l’apprentissage d’une notion difficile pour l’ensemble de la classe mais de manière individuelle. Il vise donc la réussite scolaire individuelle.

C’est un dispositif que j’ai beaucoup utilisé en maternelle lorsque j’avais plus de 30 élèves. Il est transposable en élémentaire notamment.

Objectifs pour le maître :

– Enseigner individuellement à certains élèves au sein d’une classe entière.

– Être en capacité d’évaluer pour chaque élève les difficultés (obstacles) et pouvoir y répondre rapidement.

Objectif pour l’élève :

– Comprendre rapidement grâce à une intervention ciblée du maître.

– Dédramatiser l’erreur et ainsi gagner en confiance.

– Prendre le temps de bien comprendre.

Mise en place du dispositif :

Je conseille toujours, la première fois, de réaliser une fiche de préparation sur la notion faisant l’objet de l’atelier zéro, notamment si vous débutez afin d’évaluer si cette notion correspond bien à ce type de dispositif. En effet, ce n’est pas tout à fait un dispositif de remédiation mais un dispositif d’enseignement ; la notion à apprendre, comprendre doit donc l’être sur un temps court.

J’expliquais toujours le fonctionnement en amont et on le faisait « au théâtre » c’est-à-dire « pour de faux » afin de s’exercer collectivement au fonctionnement sans charge cognitive (pas de notion à apprendre en jeu).

Atelier zéro

  1. Prévoir une activité en autonomie pour l’ensemble des élèves (30 mn environ). Cela fonctionne très bien en moyenne et grande sections. Exemple : j’utilisais beaucoup le temps de début d’après-midi consacré aux arts plastiques. Cela peut être également plusieurs ateliers, un plan de travail, des exercices en élémentaire, des activités pédagogiques dont le jeu est le vecteur…  Chaque enfant doit pouvoir venir rapidement près de vous et se remettre à son activité initiale rapidement. Pas de peinture, travail nécessitant de se laver les mains etc.
  2. Vous installez 3 ou 4 tables individuelles ou 2 bureaux double côte à côte et de manière à être face à l’ensemble de la classe.
  3. Une fois que vous êtes installé au milieu de ces 3 places et que les élèves sont tous en activité, vous appelez 2 élèves qui viennent rapidement s’installer à votre droite et à votre gauche (2 d’un côté et 1 de l’autre si vous en appelez 3). Vous leur expliquez la notion, vous êtes modèle c’est-à-dire que vous pouvez écrire, lire… Vous réexpliquez autant de fois que nécessaire en variant et en vous adaptant à chaque enfant. Si un enfant a compris, assimilé, il retourne à son activité pendant que l’autre reste encore et vous appelez un autre enfant et ainsi de suite. Prévoyez une fiche avec tous les prénoms des élèves et une case « observations ».

Ce dispositif n’est pas fait pour les élèves en difficulté uniquement, sinon ils seraient vite stigmatisés. Il est fait pour l’ensemble des élèves et de temps en temps vous pouvez l’utiliser lorsque certains ont des difficultés. Il faut que ce dispositif concerne toute la classe afin que les élèves soient en confiance. Vous mettrez en moyenne, à peu près 4-5 séances de 30 mn afin qu’une trentaine d’élèves passent à l’atelier zéro. Au départ, cela laisse une impression de temps long (« je n’ai pas le temps de faire cela ») mais quand vous l’expérimentez, vous vous rendez compte que tous ont compris et vous saurez exactement comment chacun a compris.

Les bénéfices seront pour vous :

– Pas de remédiation nécessaire ou très peu.

– Bien connaître les problèmes d’apprentissage, de compréhension… de chacun.

– Possibilité de valider par l’observation.

– Une meilleure appréhension du temps nécessaire à chacun afin d’apprendre, comprendre une notion.

– Un entraînement pour vous à reformuler des consignes, des explications.

Pour les élèves :

– Une plus grande motivation intrinsèque et extrinsèque.

– Une plus grande confiance en ses possibilités de comprendre et d’apprendre.

– Une attention de l’enseignant portée rien qu’à lui.

Lorsque vous aurez fait cette expérimentation plusieurs fois pour des notions différentes :

– Une connaissance aiguisée de la manière dont chaque élève comprend et apprend.

– Une aisance pédagogique à varier les consignes et à s’adapter à chacun.

– Des encouragements distribués aux élèves.

– Une confiance en vous en tant que professeur.

– Un climat de classe plus serein.

Tout est perfectible, j’attends vos retours afin de peaufiner ce dispositif !

Retrouvez la vidéo sur ma chaîne YouTube ou ci-dessous :

Les ateliers

Quelques conseils pour débuter en petite, moyenne et/ou grande sections ; à modifier en fonction du profil particulier de la classe. Attention, les « ateliers » ne sont pas un domaine des programmes mais une organisation : sur l’emploi du temps bien écrire à côté les domaines principaux exploités.

Moyenne section, grande section :

On peut choisir le même domaine disciplinaire (ou pas). Prévoir 3 ou 4 ateliers (en moyenne 6 enfants par groupe).

EXEMPLE : LECTURE, travail sur les prénoms. Voici les ateliers proposés (attention, je n’ai pas indiqué les objectifs : nous verrons cela un peu plus tard) :

  1. Entourer le « i » (déjà étudié) dans les prénoms des 6 enfants inscrits à l’atelier.
  2. Recomposer son prénom avec des lettres découpées.
  3. Entourer l’initiale des prénoms.
  4. Avec l’enseignant : dans des livres de la bibliothèque (choisis minutieusement par le maître), les élèves doivent retrouver trois prénoms bien connus. L’enseignant apprendra aux enfants à bien se repérer dans le livre, à prélever des indices (l’initiale des prénoms), aidera ceux qui ont des difficultés en précisant la page du livre (ou le paragraphe) dans laquelle on pourra identifier le prénom. Les livres seront donc variés quant aux illustrations, aux écrits (nombreux ou pas), la taille des lettres…

24 enfants travaillent aux ateliers mais votre classe compte 30 élèves.

Les 6 enfants seront répartis dans les coins-jeux (par exemple, car votre classe peut être organisée en ateliers permanents) ; pas en activité libre, mais avec des consignes précises :

  • au coin cuisine, les enfants mettront la table complète pour 3 élèves dont le prénom contient un « a » (choisir 3 étiquettes prénoms), ces enfants invités, viendront ensuite manger au coin cuisine.
  • au coin poupées, les enfants habilleront 3 poupées avec des vêtements (préparés à l’avance) dans lesquels on entend [a] mais aussi en fonction du temps qu’il fait aujourd’hui. Car, si elles sont habillées correctement, elles sortiront en récréation avec les élèves (motivation).

Dans ce cas, les coins-jeux fonctionnent en ateliers avec une consigne et des objectifs à atteindre comme pour les autres ateliers. Tout cela étant indiqué sur la fiche de préparation.

Les ateliers seront vérifiés à la fin : il faut repérer très vite les enfants qui ont eu des difficultés (consignes non respectées…) et avec qui il faudra reprendre plus individuellement « l’exercice », à un autre moment de la journée. Ils doivent répondre à l’hétérogénéité de la classe : varier les consignes, le matériel, les rôles… Le plus difficile pour l’enseignant étant d’évaluer le temps que les élèves mettront pour réaliser leur travail. Souvent les ateliers en maternelle sont programmés sur une semaine ; cette souplesse dans le temps permet à tous les élèves de pouvoir travailler dans les différents ateliers (lundi, mardi, jeudi, vendredi pendant 35-45 mn environ). Le bilan avec les élèves est un moment fort en langage oral.

Le matériel étant déjà préparé, l’enseignant explique les consignes sur le tapis de regroupement à tous les élèves le premier jour, simplement mais plusieurs fois avec des termes différents pour être compris de chacun. Les jours suivants, les consignes étant déjà intériorisées, on pourra les redéfinir plus vite (en faisant intervenir les élèves ayant déjà travaillé dans ces ateliers) lorsque les élèves seront autour des tables.

Vous pouvez vous aider d’un tableau contenant 4 grandes cases et collecter des images que vous plastifiez et au dos desquelles figurent un scratch. Ainsi, vous aurez une couverture d’album, des crayons de couleurs, des ciseaux, de la colle… autant d’images affichées pour chaque atelier qui permettront aux élèves d’aller plus vite dans la compréhension des consignes ou d’anticiper celles-ci. Ces images vous serviront très souvent.

Présentation des ateliers

L’objectif principal étant la conquête de l’autonomie, ne pas demander un travail difficile et totalement nouveau ; les enfants doivent pouvoir travailler seuls d’où l’importance d’avoir réfléchi en amont à l’organisation de la classe, le matériel, les consignes, les interactions entre élèves…. réflexion qui dépasse largement le cadre d’une fiche de préparation mais qui est tout aussi importante et contribue à atteindre les objectifs spécifiques visés.

Petite section :

Les ateliers sont plus difficiles à mettre en place dans cette section car pour la majorité, il s’agit d’un apprentissage. Il est préférable de commencer très progressivement. Le maître pourra proposer des activités déjà connues dans des domaines disciplinaires différents. A cet âge, les enfants ne peuvent pas avoir la même autonomie que les moyens-grands mais ils ont besoin de travailler en groupes pour devenir sociables (même si ces groupes fonctionnent comme des élèves uniquement placés côte à côte). D’une durée n’excédant pas 30 mn, faire un roulement sur une semaine et sur plusieurs si nécessaire de façon à ne pas expliquer 3 ou 4 ateliers le lundi, mais un seul (deux au plus). Prévoir 3 ou 4 ateliers de 5 enfants.

On approfondit prochainement !

 

Un petit mot pour commencer

Bienvenue sur mon blog dédié à l’enseignement-apprentissage à l’école maternelle (et un peu plus).

Vous pouvez découvrir les différentes catégories qui seront alimentées au fur et à mesure. Je vais partager des documents directement utilisables en classe tout en justifiant le plus souvent leur conception et la réflexion qui ont permis leur création.

Enseignant-chercheur à l’INSPE, je partagerai également mes recherches, mes cours, des bibliographies, des interventions en formation continue des professeurs des écoles et la préparation au CRPE 2022.

Bonne lecture et bonne appropriation !

Sophie Briquet-Duhazé

Classe