Pour les parents, étudiants, assistantes maternelles… : proposition d’activités à réaliser avec les TPS (2 ans) – semaine 3

La semaine 3, il faut passer un cap ! C’est le moment, je pense, de vous faire part d’un petit évènement personnel, que j’ai vécu il y a quelques années et le relater pourra peut-être vous aider, vous les adultes, car en premier lieu, avant de s’occuper des enfants, nous allons nous occuper de nous. Il y a quelques années, enceinte, j’ai dû rester allongée chez moi sur mon canapé sans pratiquement bouger durant 5 mois entre août et janvier. L’alternative du corps médical, c’était ou je suis sage et je peux rester allongée à domicile, ou je ne suis pas raisonnable et je suis hospitalisée. Vous imaginez bien que j’ai pris l’option 1 tout simplement parce que la raison, le but, je le connaissais d’emblée : sauver mon bébé. Un confinement n’est pas un enfermement et il faut donc le prendre comme un acte de bravoure car il sauve des vies. La seule différence est que vous n’identifiez pas les vies, mais en fait, vous sauvez vos enfants, des enfants, vos parents, des parents, vos amis, des amis, vous-même et tous les autres, par un geste solidaire exceptionnel. Bon, à l’intérieur, mais contrairement à aujourd’hui, je ne pouvais pas changer de lieu dans mon appartement : le canapé était ma maison (mon lit était à l’étage mais interdiction de monter ou descendre l’escalier). Alors, je me suis organisée : lecture, écriture (pas toujours facile allongée), tricot, télévision (culture, loisirs, même quelquefois entendre quelqu’un parler), relaxation, mouvements légers (jambes notamment à cause des phlébites), alimentation équilibrée, j’ai terminé ma thèse aussi, et… rêver. C’est pour cela que je vous en parle maintenant car je commence à entendre parler de crise de panique, d’angoisse, anxiété… Je voyais ma famille proche mais le soir (ils travaillaient), je ne pouvais pas m’occuper de ma petite de 2 ans (chez la nounou en journée, culpabilité, tristesse) et il fallait tenir 5 mois. Au début, c’est nouveau, on s’adapte, on fait avec… et la troisième semaine, j’ai commencé à avoir des envies de forêts, de son odeur fraîche… Alors pour combler cela (car pas question d’aller en forêt bien sûr), je fermais les yeux et je faisais le trajet à pied pour aller en forêt et je vivais les situations virtuellement mais sans aucun support technologique, juste par la pensée. Cela m’a fait un bien fou. J’allais où je voulais, quand je voulais par la pensée : une vraie liberté (et moi qui n’a pas le sens de l’orientation, pour une fois ce n’était pas grave si je me perdais !). Il faut prendre des endroits très connus où l’on a ses habitudes et vivre le déplacement dans sa tête comme si on le faisait réellement (cueillir une fleur, la sentir ; ressentir la chaleur ou la pluie, croiser quelqu’un, lui parler…). J’ai tenu mes 5 mois allongée sans problème du côté psychologique même avec l’arrivée de l’automne et de l’hiver (la grisaille, les jours qui raccourcissent…) car je me disais, plus le temps passe et plus je me rapproche du but. Plus les jours passent en confinement, et plus nous nous rapprochons de la sortie du confinement (il faut mesurer ce qui est fait, non ce qui reste à faire) mais uniquement si chacun a bien respecté les règles parce qu’on a tous un rôle à jouer qui est extrêmement important. Essayez et vous me direz si cela fonctionne pour vous et en attendant, il est l’heure de s’occuper des p’tits bouts !

N’oubliez pas les gestes barrière mais aussi l’attention portée au matériel manipulé comme les crayons, ardoises, livres, playmobils… : un petit coup d’éponge avec produit désinfectant sur les surfaces bois, plastifiée… Bon courage à toutes et tous et usez de sérénité, bienveillance et réconfort en cette période difficile.

Toute Petite section (2 ans)

semaine 3

20170620_125239    20170620_125239           20170620_125239

Les semaines

Vous choisissez avec l’enfant les activités sur la semaine (3) en essayant de faire un peu de tout chaque jour.

1. Comptine :

Réviser la comptine :

  • Qu’y a-t-il dans ma poche ?
  • Quelque chose qui pince.
  • Qu’y a-t-il dans ma poche ?
  • Quelque chose de mince.
  • Qu’y a-t-il dans ma poche ?
  • Quelque chose de doux.
  • Qu’y a-t-il dans ma poche ?
  • Quelque chose de mou.
  • Qu’y a-t-il dans ma poche ?
  • Quelque chose qui gratte.
  • Qu’y a-t-il dans ma poche ?
  • Un « pince-mince-doux-mou-gratte » !

Expliquez les mots pince, mince, doux, mou, qui gratte en donnant des exemples.

Nouvelle comptine à gestes (qui est reliée à la notion mathématique « dessus-dessous » que l’on apprend aussi en motricité fine) :

  • J’ai deux mains,
  • Deux jolies mains.
  • Voici le dessus,
  • Coucou !
  • Voici le dessous,
  • Hou, hou, hou !
  • Maintenant je les noue
  • Et je les pose sur mes genoux !

2. Quel temps fait-il aujourd’hui ? Faire une phrase à l’oral : Il pleut. Il y a du soleil. Etc. Y associer des sensations : j’ai froid, j’ai chaud… de manière à ce que l’enfant prenne l’habitude d’exprimer ses émotions.

3. Activités physiques :

Dans la maison, l’appartement :

Lancers de petits objets non cassables dans une bannette ou un carton positionné à 1 mètre.

Déplacement et transport d’objets : ce jeu vise à dépenser de l’énergie et en même temps il permet d’apprendre à adapter sa prise à chaque objet, s’orienter, viser, se déplacer de différentes manières. Vous disposez dans une boîte en carton non fermée A des objets différents (trois crayons de couleurs ou feutres (vert-rouge, couleurs travaillées la semaine dernière, et bleu), un coton-tige, une grosse bouteille d’eau vide (1,5 l) et une petite pleine ; une boite de mouchoirs en papier rectangulaire). Si vous n’avez tout cela, le principe est de mettre des objets longs, fins, gros, légers, lourds… Ensuite, vous disposez un carton vide dans une autre pièce B et un troisième carton dans une 3è pièce C. Si vous êtes dans un petit appartement, un carton dans la chambre et 2 cartons dans la pièce de vie à 2 endroits opposés. L’enfant se positionne prêt du carton où sont les objets : il les prend un par un dans ses mains, dit le nom avec vous, les repose dans le carton et vous lui expliquez qu’il doit les transportez dans le carton B un par un et quand il aura fini, il faudra les transporter dans le carton C. Le premier jour en marchant ; le deuxième jour à 4 pattes ; le 3è jour en rampant ; le quatrième jour, vous faites une farce, vous enlevez la grande bouteille d’eau, la petite bouteille d’eau que vous avez déjà placés dans le carton B sans que l’enfant ait pu le voir. Vous lui dites de transporter les objets de A vers B mais en une fois ! Cela va lui apprendre à réfléchir et s’organiser (prendre les 3 crayons dans la même main par exemple). Ensuite, tous les objets étant en B, il doit les transporter en C en faisant le moins de voyages possibles.

4. Les couleurs et la mémorisation :

Laver les mains de l’enfant, lui expliquer que l’on va trier le linge à repasser par couleurs. Vous pouvez auparavant, faire un tri du linge en enlevant les pièces qui ont plusieurs couleurs. Ce qui compte c’est qu’il y ait par exemple plusieurs vêtements bleus afin que l’enfant comprenne que chaque couleur a des nuances. L’enfant réalise des piles de couleur sur la table nomme les couleurs et vous validez.

5. Langage oral :

Faire verbaliser l’enfant en mettant la table avec lui, en faisant le lit, en faisant sa toilette etc. L’objectif est toujours que l’enfant s’exprime dans l’action pour communiquer. Choisir quelques phrases que vous reformulez pour qu’il les répète mais juste quelques phrases et il essaie de les répéter une seule fois. S’il n’y arrive pas, ce n’est pas grave, il a essayé et il vous a entendu. Il progresse et parler, s’exprimer doit rester un plaisir.

Lire un album tous les jours si possible et poser des questions à l’enfant afin de savoir s’il a compris l’histoire (lui demander quel est le personnage principal). Toujours lire l’histoire en oralisant exactement ce qui est écrit afin que l’enfant comprenne que le texte ne change pas si c’est maman, papa ou une autre personne qui lit l’histoire. L’enfant sera à côté de vous afin qu’il observe les images et les écritures en même temps que vous lisez.

Sur le modèle de programmes américains comme « Reach Out and Read », lire à son bébé, petit enfant au moins trois fois par semaine, contribue à son développement langagier (vocabulaire), cognitif (intelligence, représentations) et social (établissement de liens affectifs solides d’interactions, d’émotions).

6. Motricité fine :

Déchirer du papier : si possible 2 feuilles A4 de 2 couleurs différentes. Si vous n’avez pas de papier de couleur, une feuille blanche (type papier pour photocopieur, imprimante) et une page de catalogue, revue… Expliquer à l’enfant que l’on va faire un tissage ; pour cela il faut prendre la feuille dans le sens de la hauteur et déchirer des bandes (4 si possible). Puis ces bandes nous allons les tisser. En déchirant, on apprend à l’enfant à se servir des deux mains de façon différente comme en écriture (une qui tient le cahier, la feuille, l’autre qui écrit). C’est difficile pour un petit qui a plutôt tendance à faire la même chose avec ses deux mains. Le tissage lui apprend une notion mathématique (dessus-dessous). Reconstituer la feuille blanche et passer un premier morceau de couleur. C’est une activité très difficile. Il faut donc aider ou alors coller les bandes blanches en haut sur une autre feuille.

 

7. Mathématiques :

Grand et petit : quel est l’arbre le plus petit ? Quelle est la règle la plus grande ?

Les positions : sur la photographie, montrer les playmobils qui sont :

– debout

– assis

– couché

Debout assis 2

8. Sciences (l’escargot)

Reprendre la dernière comptine :

Comptine à gestes

Monsieur l’escargot dort   →  Main droite fermée

Il fait très beau dehors       →  Main droite fermée

Petit nuage passe           →  La main gauche ouverte passe au-dessus de la main droite fermée

Et fait tomber la pluie             → bouger les doigts de la main gauche au-dessus de la main droite fermée

Monsieur l’escargot sort une corne dehors           →  sortir l’index de la main droite puis replier

Les deux cornes dehors.           → sortir l’index et le majeur de la main droite.

 

Sur chacune des photographies (si cela est possible), demander à l’enfant de montrer la coquille et la tête. Puis les grandes tentacules (nouveau mot) avec les yeux au bout ; les petites tentacules (qui servent à toucher) et le pied (pour ramper).

 

9. Dessin :

Coloriage : fiche 4.

Le poisson d’avril : c’est demain le premier avril ! Voici un patron :

Patron poisson d’avril

10. Activités manuelles : au choix et selon le matériel dont vous disposez et en fonction de ce que l’enfant sait faire et peut faire, mais il peut s’essayer à et sera aidé. Privilégier les fiches 2, 3, 5, 7, 11, 17, 19, 20, 25.

Bon courage, n’hésitez pas si besoin.

Pour les parents, étudiants… : proposition d’activités à réaliser avec les GS (5 ans) pendant la fermeture de l’école maternelle – semaine 3

La semaine 3, il faut passer un cap ! C’est le moment, je pense, de vous faire part d’un petit évènement personnel, que j’ai vécu il y a quelques années et le relater pourra peut-être vous aider, vous les adultes, car en premier lieu, avant de s’occuper des enfants, nous allons nous occuper de nous. Il y a quelques années, enceinte, j’ai dû rester allongée chez moi sur mon canapé sans pratiquement bouger durant 5 mois entre août et janvier. L’alternative du corps médical, c’était ou je suis sage et je peux rester allongée à domicile, ou je ne suis pas raisonnable et je suis hospitalisée. Vous imaginez bien que j’ai pris l’option 1 tout simplement parce que la raison, le but, je le connaissais d’emblée : sauver mon bébé. Un confinement n’est pas un enfermement et il faut donc le prendre comme un acte de bravoure car il sauve des vies. La seule différence est que vous n’identifiez pas les vies, mais en fait, vous sauvez vos enfants, des enfants, vos parents, des parents, vos amis, des amis, vous-même et tous les autres, par un geste solidaire exceptionnel. Bon, à l’intérieur, mais contrairement à aujourd’hui, je ne pouvais pas changer de lieu dans mon appartement : le canapé était ma maison (mon lit était à l’étage mais interdiction de monter ou descendre l’escalier). Alors, je me suis organisée : lecture, écriture (pas toujours facile allongée), tricot, télévision (culture, loisirs, même quelquefois entendre quelqu’un parler), relaxation, mouvements légers (jambes notamment à cause des phlébites), alimentation équilibrée, j’ai terminé ma thèse aussi, et… rêver. C’est pour cela que je vous en parle maintenant car je commence à entendre parler de crise de panique, d’angoisse, anxiété… Je voyais ma famille proche mais le soir (ils travaillaient), je ne pouvais pas m’occuper de ma petite de 2 ans (chez la nounou en journée, culpabilité, tristesse) et il fallait tenir 5 mois. Au début, c’est nouveau, on s’adapte, on fait avec… et la troisième semaine, j’ai commencé à avoir des envies de forêts, de son odeur fraîche… Alors pour combler cela (car pas question d’aller en forêt bien sûr), je fermais les yeux et je faisais le trajet à pied pour aller en forêt et je vivais les situations virtuellement mais sans aucun support technologique, juste par la pensée. Cela m’a fait un bien fou. J’allais où je voulais, quand je voulais par la pensée : une vraie liberté (et moi qui n’a pas le sens de l’orientation, pour une fois ce n’était pas grave si je me perdais !). Il faut prendre des endroits très connus où l’on a ses habitudes et vivre le déplacement dans sa tête comme si on le faisait réellement (cueillir une fleur, la sentir ; ressentir la chaleur ou la pluie, croiser quelqu’un, lui parler…). J’ai tenu mes 5 mois allongée sans problème du côté psychologique même avec l’arrivée de l’automne et de l’hiver (la grisaille, les jours qui raccourcissent…) car je me disais, plus le temps passe et plus je me rapproche du but. Plus les jours passent en confinement, et plus nous nous rapprochons de la sortie du confinement (il faut mesurer ce qui est fait, non ce qui reste à faire) mais uniquement si chacun a bien respecté les règles parce qu’on a tous un rôle à jouer qui est extrêmement important. Essayez et vous me direz si cela fonctionne pour vous et en attendant, il est l’heure de s’occuper des p’tits bouts !

N’oubliez pas les gestes barrière mais aussi l’attention portée au matériel manipulé comme les crayons, ardoises, livres, playmobils… : un petit coup d’éponge avec produit désinfectant sur les surfaces bois, plastifiée… Bon courage à toutes et tous, ensemble.

Grande section (5 ans)

Vous choisissez avec l’enfant les activités sur une semaine (3) en essayant de faire un peu de chaque domaine. Je ne retélécharge pas les fichiers, ils sont en semaines 1 et 2 ou dans la rubrique du blog « Projet : 12 ateliers pluridisciplinaires à l’école maternelle ».

GS   GS   GS

Les semaines

 

  1. Les rituels :

Le calendrier : cette semaine nous changeons de mois. Mercredi sera le 1er avril !

Complète les 2 calendriers :

Calendrier GS semaine 3

Poésie sur les mois (j’en suis l’auteure) :

Mois après mois

  • Au mois de janvier,
  • Je suis le premier.
  • Au mois de février,
  • J’ai froid aux pieds.
  • Au mois de mars,
  • Je fais des farces.
  • Au mois d’avril,
  • J’en fais mille.
  • Au mois de mai,
  • Je suis très gai.
  • Au mois de juin,
  • Je fais du dessin.
  • Au mois de juillet,
  • Je cueille des œillets.
  • Au mois d’août,
  • Mes confitures, je les goûte.
  • Au mois de septembre,
  • Je quitte ma chambre.
  • Au mois d’octobre ?
  • Je ne sais plus, en octobre !
  • Au mois de novembre,
  • Je tremble de tous mes membres.
  • Au mois de décembre,
  • Le père-noël se cambre.
  • Et puis après ?
  • Après, ça recommence.
  • Ça ne s’arrête jamais,
  • Les mois avancent, avancent…

Quel temps fait-il aujourd’hui ? Faire une phrase à l’oral en comparant avec le temps qu’il faisait hier : Aujourd’hui il pleut alors qu’hier il y avait du soleil. Il y a du vent aujourd’hui comme hier. Ce soir c’est nuageux mais hier soir, le ciel était clair. Etc. Regarder à la télévision les prévisions pour demain.

  1. Activités physiques :

A l’intérieur de la maison, de l’appartement :

Lancers de paires de chaussettes (fort et loin) : prendre 5 paires de chaussettes en boule, se mettre à 2 mètres du lit si possible. Lancer les paires de chaussettes par-dessus le lit afin qu’elles atterrissent de l’autre côté. Puis étaler sur le lit un tee-shirt à manche longue d’adulte : l’enfant doit lancer les boules de chaussettes de manière à ce qu’elles atterrissent sur le tee-shirt (lancer en visant et dosant sa force).

Équilibre : debout – lever un pied devant pas trop haut. Le baisser. Lever l’autre pied devant pas trop haut. Le baisser. Faire la même chose en levant le pied derrière puis sur le côté. Refaire 3 fois l’exercice.

Saut : dans une pièce où il y a un peu d’espace, sautiller sur place 10 fois de suite ; sautiller sur place en écartant les bras et les jambes en même temps, 10 fois de suite ; sautiller en alternant une jambe devant, une jambe derrière (difficile).

  1. Langage oral :

– Faire verbaliser l’enfant en mettant la table avec lui, en faisant le lit, en faisant sa toilette etc. L’objectif est toujours que l’enfant fasse une phrase bien construite (l’aider). Lui demander de nommer les objets qu’il utilise : le verre, l’assiette, la fourchette, le dessous de plat ; le drap-housse, la taie d’oreiller ; le gant de toilette, le savon, la douche… et de faire des phrases complètes : je mets la table pour 3. Varier les temps des verbes (passé – présent – futur) en utilisant hier, aujourd’hui, demain : tout à l’heure, je mettrai la table. Hier j’ai pris une douche donc demain je prendrai un bain.

Lire un album tous les jours si possible et poser des questions à l’enfant afin de savoir s’il a compris l’histoire (lui demander quels sont les personnages, où se passe l’histoire, quand se passe l’histoire). Toujours lire l’histoire en oralisant exactement ce qui est écrit afin que l’enfant comprenne que le texte ne change pas si c’est maman ou papa qui lit l’histoire. Varier les positions de l’enfant : en face de vous (il écoute mais ne voit pas le texte mais vous montrez les images) à côté de vous afin qu’il observe les images et les écritures en même temps que vous lisez. Lui demander de raconter l’histoire avec ses propres mots mais en respectant l’ordre des évènements : s’appuyer sur les images.

Relire un album déjà lu sauf les 3 dernières pages. Demander à l’enfant de raconter la fin en s’appuyant sur les images. Quand il a terminé, lui lire les dernières 3 pages et comparer avec ses propositions.

Sur le modèle de programmes américains comme « Reach Out and Read », lire à son bébé, petit enfant au moins trois fois par semaine, contribue à son développement langagier (vocabulaire), cognitif (intelligence, représentations) et social (établissement de liens affectifs solides d’interactions, d’émotions).

Jeu de pensée : pour poser des questions et réfléchir en tenant compte de toutes les réponses. Vous choisissez une des 4 images sans montrer à l’enfant la fiche. L’enfant doit vous poser des questions et vous faire une proposition dès qu’il pense avoir trouvé (et non dès le début – il doit prendre le temps d’accumuler des indices). Il ne doit donc pas dire « Est-ce que c’est une voiture ? » mais « Est-ce que c’est bleu ? ».

Langage oral – jeu de pensée

– Conscience phonologique :

Nous avons étudié le son « i » avec la comptine de la petite souris [i] :

  • La souris
  • A mis
  • Du riz
  • Dans le nid
  • De ses petits.

Nous conservons le début de la comptine des dents pour avoir beaucoup de mots avec le son « rrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr » qui s’écrit [r] :

  • Le petit rat
  • Gardera
  • Dans sa tirelire
  • Pour de rire
  • Toutes les dents
  • Des enfants.

L’enfants répète les comptines en insistant (prononcer plus fort) sur le son « i » et le son « rrrrrrrrrrrrrrrr ».

Vous vous souvenez, on ne montre pas les comptines écrites à l’enfant et on ne lui parle pas de la lettre « i » et de la lettre « r » ; on s’amuse uniquement à écouter et prononcer les sons que font ces lettres. Et c’est très important de savoir le faire à l’oral pour ensuite apprendre à lire. C’est pour cette raison que l’on fait beaucoup de conscience phonologique en maternelle (et on la poursuit après au CP-CE1).

Nouvelle comptine avec le son « a » [a]

C’est un son « voyelle » donc facile comme le son « i » [i]

  • Tara
  • Le petit rat
  • S’en va
  • Au Canada
  • Avec Sacha
  • Le petit chat.

Demander à l’enfant de dire la comptine en marquant les syllabes :

TA/RA/  LE /  PE/TIT/  RAT/   S’EN/  VA/  AU /  CA/NA/DA/  A/VEC /   SA/CHA/  LE  /  PE/TIT/  CHAT/

On repère à nouveau le son « a ». Dire lentement chaque mot et demander à l’enfant si on entend « a » ou pas dans chacun des mots :

Tara : oui  –  Le : non – Petit : non – Rat : oui – S’en : non – Va : oui – Au : non – Canada : oui – Avec : oui – Sacha : oui – Le : non – Petit : non – Chat : oui.

  1. Graphisme :

En classe, l’enseignant(e) ferait beaucoup de manipulations, ferait rechercher ces graphismes dans des objets… Pour que ce soit plus simple pour vous, je vous propose des fiches :

-Les grandes boucles : fiche 44, 45, 46.

Moins de graphisme car je vous propose un peu plus d’écriture.

  1. Écriture :

Prénom : proposer les lettres en cursive. Demander à l’enfant de choisir le support page selon sa préférence parmi les 3. Reproduisez son prénom de manière à ce que l’enfant puisse l’écrire en cursive. Si l’enfant n’a pas encore l’habitude d’écrire en cursive, prendre le modèle des lettres en scripte majuscule.  Tous les modèles sont téléchargeables à partir des semaines 1 et 2.

Écriture de la comptine « La souris a mis du riz ». Demander à l’enfant de réciter la comptine et montrer les mots un par un avant de recopier :

Ecriture prénom et comptine de la souris 1

Ecriture prénom et comptine de la souris 2

Veillez bien à ce qu’il soit bien assis, qu’il tienne bien son crayon à papier et qu’il fasse les lettres dans l’ordre. Dire les lettres du prénom plusieurs fois.

  1. Lecture :

Relier des lettres identiques : fiches 15 et 16 : nommer les lettres en se faisant aider par l’adulte.

Le retour à la ligne : si vous avez des boites à œufs bien propres. Indiquer un point en haut à gauche afin que l’enfant la prenne dans le bon sens. Lui demander de mettre un petit objet dans chaque case en suivant le sens de lecture écriture.

1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24

Voici des photographies avec des boutons :

Retour à la ligne boite à oeufs 1

Retour à la ligne boite à oeufs 2

Retour à la ligne boite à oeufs 3

A partir de ces photographies, l’enfant doit montrer les chevaux (puis les playmobils) un par un et dans l’ordre en suivant le sens de lecture écriture mais aussi le retour à la ligne (la gommette jaune indique le sens de la page comme toujours) :

Le mot : fiche 30.

La phrase : fiche 39.

  1. Production d’écrits :

– Écrire bon anniversaire pour quelqu’un que tu connais : fiche n°11.

– Sur une feuille avec des lignes (feuilles de cahier de maternelle à télécharger) : écrit (dictée) comme tu le peux : un chat – un rat – un nid – Ce n’est pas grave si tu te trompes. C’est normal car il y a des lettres que l’on n’entend pas (souvent à la fin d’un mot). Essaye d’écrire ce que tu entends et dans l’ordre. C’est cela qui est important pour apprendre à lire et à écrire. Si tu écris « ra » ce sera très très bien. Si tu écris « a », c’est bien et papa ou maman ou l’adulte te dira qu’il manque une lettre avant le « a », une lettre qui fait « rrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr ». Si l’enfant ne la connait pas, écrivez-lui sur une autre fauille afin qu’il puisse la recopier mais au bon endroit, sinon cela fera « ar ».

  1. Mathématiques :

Nouvelle comptine à compter, particulièrement à additionner :

  • Un et un
  • Deux petits lapins.
  • Deux et deux
  • Quatre yeux malicieux.
  • Trois et trois
  • Croquent dans les bois
  • Six carottes
  • Au font de leur grotte.

Après avoir expliqué les mots, réciter la comptine en utilisant les deux mains (1 pouce et 1 pouce ; 2 doigts et de doigts ; 3 doigts et 3 doigts).

À chaque fois essayez d’utiliser du matériel réel, des personnages (Playmobil) pour représenter ce que la fiche propose.

Labyrinthes : fiches 29 et 30.

Structuration de l’espace : fiche 28 (symétrie).

Le carré : mettre la table avec le plus d’objets carrés (il n’y en a pas beaucoup mais ne pas oublier les serviettes en papier, un dessous de plat, un contenant quelconque…)

Nommer les chiffres 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  à partir de la télécommande du téléviseur ou du clavier de votre téléphone portable… Vous donnez oralement un chiffre (exemple 2) et l’enfant doit le montrer. Dans un deuxième temps, c’est vous qui montrez un chiffre sur la télécommande et l’enfant doit vous donner le nom de ce chiffre. En vocabulaire, il est nécessaire de dire le nom et montrer l’objet.

  1. Dessin :

Poisson d’avril : mercredi c’est le 1er avril donc nous allons faire un poisson que l’enfant va dessiner lui-même en suivant les différentes étapes dans l’ordre des chiffres (mathématiques). Il y en a 6 et un retour à la ligne (comme en lecture-écriture !) :

Etapes pour dessiner ton poisson toi-même

S’il ne le souhaite pas, voici un patron avec 2 niveaux de difficultés :

Patron poisson d’avril

Terminer un dessin : le clown fiche 30.

Poisson d'avril

  1. Activités manuelles : au choix et selon le matériel dont vous disposez.

Mais veiller à ce que l’enfant fasse au moins 4 actions spécifiques lorsqu’il réalise un objet comme par exemple la fiche 12 (la pieuvre : couper-mesurer-nouer-séparer-tresser). Le sommaire vous donne les actions spécifiques pour chaque objet à fabriquer.

  1. Sciences :

Vie animale : à partir des photographies de la semaine 2, trouver le plus de caractéristiques visibles chez l’ensemble des animaux proposés : plumes, poils, becs, sabots…

Éducation à la santé : petits défis – sauras-tu dire le nom de ces fruits et de ces légumes ?

Reconnaitre les légumes

Reconnaître les fruits

  1. Poésie :

Complète les mots qui manquent et fais le dessin d’illustration. Tu choisis entre les 2 propositions suivantes :

Poésie Le printemps 1 à compléter et illustrer

Poésie Le printemps 2 à compléter et illustrer

Bon courage, n’hésitez pas si besoin.

Pour les parents, étudiants… : proposition d’activités à réaliser avec les MS (4 ans) pendant la fermeture de l’école maternelle – semaine 3

La semaine 3, il faut passer un cap ! C’est le moment, je pense, de vous faire part d’un petit évènement personnel, que j’ai vécu il y a quelques années et le relater pourra peut-être vous aider, vous les adultes, car en premier lieu, avant de s’occuper des enfants, nous allons nous occuper de nous. Il y a quelques années, enceinte, j’ai dû rester allongée chez moi sur mon canapé sans pratiquement bouger durant 5 mois entre août et janvier. L’alternative du corps médical, c’était ou je suis sage et je peux rester allongée à domicile, ou je ne suis pas raisonnable et je suis hospitalisée. Vous imaginez bien que j’ai pris l’option 1 tout simplement parce que la raison, le but, je le connaissais d’emblée : sauver mon bébé. Un confinement n’est pas un enfermement et il faut donc le prendre comme un acte de bravoure car il sauve des vies. La seule différence est que vous n’identifiez pas les vies, mais en fait, vous sauvez vos enfants, des enfants, vos parents, des parents, vos amis, des amis, vous-même et tous les autres, par un geste solidaire exceptionnel. Bon, à l’intérieur, mais contrairement à aujourd’hui, je ne pouvais pas changer de lieu dans mon appartement : le canapé était ma maison (mon lit était à l’étage mais interdiction de monter ou descendre l’escalier). Alors, je me suis organisée : lecture, écriture (pas toujours facile allongée), tricot, télévision (culture, loisirs, même quelquefois entendre quelqu’un parler), relaxation, mouvements légers (jambes notamment à cause des phlébites), alimentation équilibrée, j’ai terminé ma thèse aussi, et… rêver. C’est pour cela que je vous en parle maintenant car je commence à entendre parler de crise de panique, d’angoisse, anxiété… Je voyais ma famille proche mais le soir (ils travaillaient), je ne pouvais pas m’occuper de ma petite de 2 ans (chez la nounou en journée, culpabilité, tristesse) et il fallait tenir 5 mois. Au début, c’est nouveau, on s’adapte, on fait avec… et la troisième semaine, j’ai commencé à avoir des envies de forêts, de son odeur fraîche… Alors pour combler cela (car pas question d’aller en forêt bien sûr), je fermais les yeux et je faisais le trajet à pied pour aller en forêt et je vivais les situations virtuellement mais sans aucun support technologique, juste par la pensée. Cela m’a fait un bien fou. J’allais où je voulais, quand je voulais par la pensée : une vraie liberté (et moi qui n’a pas le sens de l’orientation, pour une fois ce n’était pas grave si je me perdais !). Il faut prendre des endroits très connus où l’on a ses habitudes et vivre le déplacement dans sa tête comme si on le faisait réellement (cueillir une fleur, la sentir ; ressentir la chaleur ou la pluie, croiser quelqu’un, lui parler…). J’ai tenu mes 5 mois allongée sans problème du côté psychologique même avec l’arrivée de l’automne et de l’hiver (la grisaille, les jours qui raccourcissent…) car je me disais, plus le temps passe et plus je me rapproche du but. Plus les jours passent en confinement, et plus nous nous rapprochons de la sortie du confinement (il faut mesurer ce qui est fait, non ce qui reste à faire) mais uniquement si chacun a bien respecté les règles parce qu’on a tous un rôle à jouer qui est extrêmement important. Essayez et vous me direz si cela fonctionne pour vous et en attendant, il est l’heure de s’occuper des p’tits bouts !

N’oubliez pas les gestes barrière mais aussi l’attention portée au matériel manipulé comme les crayons, ardoises, livres, playmobils… : un petit coup d’éponge avec produit désinfectant sur les surfaces bois, plastifiée… Bon courage à toutes et tous, ensemble.

Moyenne section (4 ans)

Vous choisissez avec l’enfant les activités sur une semaine (3) en essayant de faire un peu de chaque domaine. Je ne retélécharge pas les fichiers, ils sont en semaines 1 et 2 ou dans la rubrique du blog « Projet : 12 ateliers pluridisciplinaires à l’école maternelle ».

MS   MS   MS

Les semaines

  1. Les rituels :

Le calendrier : tu trouves la date avec le calendrier « nuit » :

Calendrier GS continuité pédagogique

Tu trouves le jour de la semaine en scripte majuscule et scripte minuscule (2 niveaux de difficultés) :

Quel temps fait-il aujourd’hui ? Faire une phrase à l’oral en précisant le moment de la journée : Il pleut ce matin. Il vente cet après-midi. Ce soir c’est nuageux. Il y a du soleil ce midi. Etc.

Réviser la comptine sur les moments de la journée :

  • Ce matin
  • J’irai au moulin
  • Avec Martin.
  • Cet après-midi,
  • J’irai à Paris
  • Avec Sophie
  • Ce soir,
  • J’irai à la foire
  • Avec Grégoire.

 

  1. Activités physiques :

Dans la maison, l’appartement :

Lancers de paires de chaussettes (fort et loin) : prendre 5 paires de chaussettes en boule, se mettre à 1,5 mètre du lit. Lancer les paires de chaussettes afin qu’elles atterrissent de l’autre côté du lit.

 Jeux d’orientation : je fais le tour de l’appartement, d’un étage de la maison en marchant et en longeant le plus possible les murs extérieurs. Je pars de l’évier.

– Sur fond musical, faire des mouvements de gymnastique et étirements : debout : lever un bras vers le plafond, le baisser, lever l’autre, puis lever les deux bras vers le plafond pour les étirer. Tendre un bras sur le côté, tendre le l’autre. Recommencer 3 fois. Allongé au sol : lever une jambe à la verticale, puis l’autre, baisser les deux. Recommencer 3 fois. Écarter les jambes et les bras, les ramener ensemble. Recommencer 3 fois.

  1. Langage oral :

– Faire verbaliser l’enfant en mettant la table avec lui, en faisant le lit, en faisant sa toilette etc. L’objectif est toujours que l’enfant fasse une phrase bien construite (l’aider). Lui demander de nommer les objets qu’il utilise : le verre, l’assiette, la fourchette, le dessous de plat ; le drap-housse, la taie d’oreiller ; le gant de toilette, le savon, la douche… On ne change rien, vous reprenez des actions déjà faites et vous essayer d’en introduire une ou deux nouvelles comme « Je vais téléphoner à mamie » « Je prépare mon goûter »…

Lire un album tous les jours si possible et poser des questions à l’enfant afin de savoir s’il a compris l’histoire (lui demander quels sont les personnages, où se passe l’histoire, quand se passe l’histoire). Toujours lire l’histoire en oralisant exactement ce qui est écrit afin que l’enfant comprenne que le texte ne change pas si c’est maman ou papa qui lit l’histoire. Varier les positions de l’enfant : en face de vous (il écoute mais ne voit pas le texte mais vous montrez les images) à côté de vous afin qu’il observe les images et les écritures en même temps que vous lisez. Lui demander de raconter l’histoire avec ses propres mots mais en respectant l’ordre des évènements : s’appuyer sur les images.

Sur le modèle de programmes américains comme « Reach Out and Read », lire à son bébé, petit enfant au moins trois fois par semaine, contribue à son développement langagier (vocabulaire), cognitif (intelligence, représentations) et social (établissement de liens affectifs solides d’interactions, d’émotions).

– Conscience phonologique :

Redire la comptine de Tara :

  • Tara
  • le petit rat
  • s’en va
  • au Canada
  • avec Sacha
  • le petit chat.

Demander à l’enfant de dire la comptine en marquant les syllabes mais vous en dites une et l’enfant doit dire la suivante :

TA/RALE PE/TITRAT/   S’ENVAAU CA/NA/DAA/VEC /   SA/CHA LE  /  PE/TITCHAT/

Très difficile s’y reprendre en plusieurs fois !

Nouvelle comptine pour travailler les syllabes à l’oral. Avec l’index de la main droite, vous scandez les syllabes et en même temps vous pointez le pouce de la main gauche (pe), puis l’index de la main gauche (ti), le majeur (t oi), l’annulaire (seau), l’auriculaire (d’or) et on recommence en pointant le pouce (et), l’index (d’ar) etc.

  • Petit oiseau d’or et d’argent,
  • Ta mère t’appelle au bout du champ
  • Pour y manger le lait caillé
  • Que la souris a barboté.
  • Pendant une heure de temps
  • Petit oiseau va-t’en !

Quand on arrive à la fin (t’en), on abaisse le doigt et on recommence la comptine avec les 4 doigts, puis 3, puis 2.

  1. Graphisme :

En classe, l’enseignant(e) ferait beaucoup de manipulations, ferait rechercher ces graphismes dans des objets… Pour que ce soit plus simple pour vous, je vous propose des fiches :

Les ponts à l’envers : refaire une des trois fiches 28, 29 ou 30 (sachant que la 30 est la plus difficile).

Les vagues : fiche 34.

Les créneaux : fiche 35.

  1. Écriture :

Selon les possibilités de chaque enfant, proposer soit les lettres en scripte majuscule, soit les lettres en cursive.

Demander à l’enfant de choisir le support page selon sa préférence parmi les 3.

Reproduisez son prénom de manière à ce que l’enfant puisse l’écrire.

Tous les documents figurent en semaines 2 et 3, rubrique « écriture du prénom ».

Écriture du mot maman selon les possibilités de l’enfant : en scripte majuscule et/ou en cursive :

Ecriture du mot maman en scripte majuscule et en cursive

Veillez à ce qu’il soit bien assis, qu’il tienne bien son crayon à papier et qu’il fasse les lettres dans l’ordre. Dire les lettres du prénom plusieurs fois.

  1. Lecture :

Relier des lettres identiques : fiche 18 : nommer les lettres en se faisant aider par l’adulte.

Le mot : fiche 31 (bien poser puis coller les étiquettes dans l’ordre – sens de lecture écriture).

maman : reprendre la fiche 52 et entourer maman (reprise de ce qui est fait en écriture).

  1. Production d’écrits :

– Reconstituer le mot « maman » : les lettres découpées seront remises à l’endroit grâce au petit point en haut à gauche sur chaque étiquette. D’abord placer les étiquettes dans l’ordre (chiffres de 1 à 4) pour respecter et apprendre le sens de lecture écriture (de gauche à droite). Puis coller les lettres toujours dans l’ordre de la première à la dernière.

Reconstituer le mot maman

  1. Mathématiques :

Nouvelle comptine à compter :

  • Un, deux,
  • Allumez du feu,
  • Donnez-moi des œufs.
  • Trois, quatre,
  • Cassez m’en quatre,
  • Il faut les battre.
  • Cinq, six, sept,
  • Qui veut mon omelette ?

À chaque fois essayez d’utiliser du matériel réel, des personnages (Playmobil) pour représenter ce que la fiche propose.

grand et petit : fiches 1 et 2 (arbres playmobils, règles).

Le carré : fiche 45

Nommer les chiffres 1, 2, 3, 4, 5 à partir de la télécommande du téléviseur ou du clavier de votre téléphone portable... Vous donnez oralement un chiffre (exemple 2) et l’enfant doit le montrer. Dans un deuxième temps, c’est vous qui montrez un chiffre sur la télécommande et l’enfant doit vous donner le nom de ce chiffre. En vocabulaire, il est nécessaire de dire le nom et montrer l’objet.

  1. Dessin :

Poisson d’avril : mercredi c’est le 1er avril donc nous allons faire un poisson que l’enfant va décorer (graphisme décoratif : le sens de lecture-écriture n’a pas à être respecté) et découper. Un petit morceau de scotch et il est prêt à être utilisé, méfiez-vous ! Voici le patron avec 2 niveaux de difficultés :

Patron poisson d’avril

Petits points : fiche 5.

Repasser sur les traits : fiche 11.

Poisson d'avril

  1. Activités manuelles : au choix et selon le matériel dont vous disposez.

 

  1. Sciences :

– Si les graines ont été semées, et qu’elles germent, faire un dessin une fois par semaine avec la date.

Hygiène et propreté : comment se brosser les dents. Un peu de dentifrice sur la brosse bien propre. Mouiller la brosse. En faisant un mouvement de haut en bas, du rose des gencives au blanc des dents. Commencer par les dents du haut : je descends. Poursuivre par les dents du bas : je remonte. Pourquoi ? Pour que la brosse à dents enlève bien les restes de nourriture entre les dents. Puis brosser le plat des dents et un peu la langue. Bien vérifier de ne pas avoir oublié de dents (celles le plus au fond). Bien se regarder dans le miroir. Bien se rincer la bouche trois fois et l’essuyer. Bien laver sa brosse, l’essuyer, la ranger (ne pas oublier le bouchon du dentifrice, sinon il sèche). Nettoyer le lavabo (et quelquefois le miroir !).

Les animaux : défi 1 – Pourras-tu trouver le nom de tous ces animaux ? (Certains sont très faciles, d’autres très difficiles). Défi 2 : il y a 2 fois le même animal, lequel ?

Défi – les animaux à reconnaitre 1

Défi – les animaux à reconnaitre 2

Bon courage, n’hésitez pas si besoin.

Pour les parents, étudiants… : proposition d’activités à réaliser avec les PS (3 ans) pendant la fermeture de l’école maternelle – semaine 3

La semaine 3, il faut passer un cap ! C’est le moment, je pense, de vous faire part d’un petit évènement personnel, que j’ai vécu il y a quelques années et le relater pourra peut-être vous aider, vous les adultes, car en premier lieu, avant de s’occuper des enfants, nous allons nous occuper de nous. Il y a quelques années, enceinte, j’ai dû rester allongée chez moi sur mon canapé sans pratiquement bouger durant 5 mois entre août et janvier. L’alternative du corps médical, c’était ou je suis sage et je peux rester allongée à domicile, ou je ne suis pas raisonnable et je suis hospitalisée. Vous imaginez bien que j’ai pris l’option 1 tout simplement parce que la raison, le but, je le connaissais d’emblée : sauver mon bébé. Un confinement n’est pas un enfermement et il faut donc le prendre comme un acte de bravoure car il sauve des vies. La seule différence est que vous n’identifiez pas les vies, mais en fait, vous sauvez vos enfants, des enfants, vos parents, des parents, vos amis, des amis, vous-même et tous les autres, par un geste solidaire exceptionnel. Bon, à l’intérieur, mais contrairement à aujourd’hui, je ne pouvais pas changer de lieu dans mon appartement : le canapé était ma maison (mon lit était à l’étage mais interdiction de monter ou descendre l’escalier). Alors, je me suis organisée : lecture, écriture (pas toujours facile allongée), tricot, télévision (culture, loisirs, même quelquefois entendre quelqu’un parler), relaxation, mouvements légers (jambes notamment à cause des phlébites), alimentation équilibrée, j’ai terminé ma thèse aussi, et… rêver. C’est pour cela que je vous en parle maintenant car je commence à entendre parler de crise de panique, d’angoisse, anxiété… Je voyais ma famille proche mais le soir (ils travaillaient), je ne pouvais pas m’occuper de ma petite de 2 ans (chez la nounou en journée, culpabilité, tristesse) et il fallait tenir 5 mois. Au début, c’est nouveau, on s’adapte, on fait avec… et la troisième semaine, j’ai commencé à avoir des envies de forêts, de son odeur fraîche… Alors pour combler cela (car pas question d’aller en forêt bien sûr), je fermais les yeux et je faisais le trajet à pied pour aller en forêt et je vivais les situations virtuellement mais sans aucun support technologique, juste par la pensée. Cela m’a fait un bien fou. J’allais où je voulais, quand je voulais par la pensée : une vraie liberté (et moi qui n’a pas le sens de l’orientation, pour une fois ce n’était pas grave si je me perdais !). Il faut prendre des endroits très connus où l’on a ses habitudes et vivre le déplacement dans sa tête comme si on le faisait réellement (cueillir une fleur, la sentir ; ressentir la chaleur ou la pluie, croiser quelqu’un, lui parler…). J’ai tenu mes 5 mois allongée sans problème du côté psychologique même avec l’arrivée de l’automne et de l’hiver (la grisaille, les jours qui raccourcissent…) car je me disais, plus le temps passe et plus je me rapproche du but. Plus les jours passent en confinement, et plus nous nous rapprochons de la sortie du confinement (il faut mesurer ce qui est fait, non ce qui reste à faire) mais uniquement si chacun a bien respecté les règles parce qu’on a tous un rôle à jouer qui est extrêmement important. Essayez et vous me direz si cela fonctionne pour vous et en attendant, il est l’heure de s’occuper des p’tits bouts !

N’oubliez pas les gestes barrière mais aussi l’attention portée au matériel manipulé comme les crayons, ardoises, livres, playmobils… : un petit coup d’éponge avec produit désinfectant sur les surfaces bois, plastifiée… Bon courage à toutes et tous, ensemble.

Petite section (3 ans)

Vous choisissez avec l’enfant les activités sur une semaine (3) en essayant de faire un peu de chaque domaine. Je ne retélécharge pas les fichiers, ils sont en semaines 1 et 2 ou dans la rubrique du blog « Projet : 12 ateliers pluridisciplinaires à l’école maternelle ».

Comptines     Comptines   Comptines

Les semaines

  1. Les rituels :

Le calendrier : cette semaine, on change l’orientation de l’écriture, c’est important afin d’éviter de toujours présenter l’écrit de la même façon, cela oblige l’enfant à se créer d’autres modes de repérage. J’ai gardé la même écriture (scripte majuscule) avec la chenille qui suit le sens de lecture écriture et les jours façon « liste ».

Calendriers 2 orientations

Réviser ou apprendre la comptine sur les jours :

  • Le lundi
  • Je garde les brebis.
  • Le mardi
  • Je soigne mon cabri.
  • Le mercredi
  • Je reçois mes amis.
  • Le jeudi
  • Je sème des radis.
  • Le vendredi
  • J’arrose les semis.
  • Le samedi
  • Je cueille du persil.
  • Le dimanche
  • Je fais sous les branches
  • Des couronnes de pervenches.

Lire cette nouvelle comptine sur les jours (ne pas l’apprendre) :

  • Lundi matin, j’ai vu la petite souris
  • Grimper sur mon lit.
  • Elle avait mis son bel habit violet.
  • Mardi matin, j’ai vu la petite souris
  • Grimper sur mon lit.
  • Elle avait mis son bel habit indigo.
  • Mercredi matin, j’ai vu la petite souris
  • Grimper sur mon lit.
  • Elle avait mis son bel habit vert.
  • Jeudi matin, j’ai vu la petite souris
  • Grimper sur mon lit.
  • Elle avait mis son bel habit orange.
  • Vendredi matin, j’ai vu la petite souris
  • Grimper sur mon lit.
  • Elle avait mis son bel habit rose.
  • Samedi matin, j’ai vu la petite souris
  • Grimper sur mon lit.
  • Elle avait mis son bel habit jaune.
  • Dimanche matin, j’ai beaucoup trop dormi,
  • Et je n’ai pas vu la petite souris
  • Qui grimpait sur mon lit.
  • Elle avait dû mettre son bel habit rouge.

C’est une comptine sur les jours en association avec un moment de la journée, et les couleurs. En premier lieu, on va expliquer indigo, un bleu intense. Pour cela, voici deux photographies, notamment celle du blue-jean car coloré avec de l’indigo en 1850 (c’est pour vous) mais cela nous permet de relier les couleurs aux vêtements. Donc, vous reprenez la comptine et vous demandez à l’enfant d’aller chercher un vêtement de la couleur indiquée (s’il n’y a pas de vêtement de cette couleur dans la maison ou l’appartement, prendre un objet).

Quel temps fait-il aujourd’hui ? Faire une phrase à l’oral : Il pleut. Il vente. C’est nuageux. Il y a du soleil. Peux-tu me dire comment est le ciel ? L’enfant répondra sûrement, spontanément « bleu » ou « y’a des nuages ». Vous allez juste une fois refaire la phrase afin qu’elle soit correcte : « Le ciel est bleu » « Il y a des nuages » et demander à l’enfant de répéter. Même s’il a des difficultés, il aura entendu la reformulation.

  1. Activités physiques :

Dans la maison, l’appartement :

Dictée d’actions : vous connaissez la dictée (orthographe), là il s’agit de dicter des actions que l’enfant va enchainer tout en comptant le nombre de fois à haute voix (on fait des mathématiques en même temps). Saute sur place 5 fois – fait 6 pas en marchant – saute sur place en essayant de toucher le plafond avec une main, 3 fois – saute pieds joints en te dirigeant vers un mur (autant de fois que nécessaire pour atteindre le mur, compter) – allonge-toi les pieds contre le mur, pousse le mur 4 fois – rampe jusqu’à moi en avançant les coude (compter).

– Sur fond musical, faire des étirements : étirer les 2 bras vers le haut puis étirer une jambe (difficile) puis l’autre (étirements et équilibre). En position debout au départ, baisser la tête le dos, les mains vers les pieds. Plier les genoux pour remonter lentement.

Balle ou balle de chiffons noués, faire rouler :  jambes écartées face à un mur faire rouler la balle pour qu’elle rebondisse sur le mur et revienne. Se positionner sur le grand côté du lit, faire rouler la balle sous le lit (soit elle rebondit contre un mur, soit il faut aller la chercher de l’autre côté). Si le lit a des tiroirs, le faire sous le lit des parents…  Contre un mur, au sol mettre un livre. L’enfant est à 2 mètres et doit faire rouler la balle pour toucher le livre. Même chose mais avec une assiette plate ou un plateau dont les rebords ne sont pas trop hauts : faire rouler et essayer que la balle arrive dans l’assiette, dans le plateau, même si elle n’y reste pas (très difficile). Là, on apprend à faire rouler et à viser.

  1. Langage oral :

– Faire verbaliser l’enfant en mettant la table avec lui, en faisant le lit, en faisant sa toilette, en prenant le goûter, en allant à la sieste etc. L’objectif est toujours que l’enfant fasse une phrase, petite mais bien construite (l’aider).

Lire un album tous les jours si possible et poser des questions à l’enfant afin de savoir s’il a compris l’histoire (lui demander quels sont les personnages, où se passe l’histoire, quand). Toujours lire l’histoire en oralisant exactement ce qui est écrit afin que l’enfant comprenne que le texte ne change pas si c’est maman ou papa qui lit l’histoire. Varier les positions de l’enfant : en face de vous (il écoute mais ne voit pas le texte mais vous montrez les images) à côté de vous afin qu’il observe les images et les écritures en même temps que vous lisez.

Sur le modèle de programmes américains comme « Reach Out and Read », lire à son bébé, petit enfant au moins trois fois par semaine, contribue à son développement langagier (vocabulaire), cognitif (intelligence, représentations) et social (établissement de liens affectifs solides d’interactions, d’émotions).

Les mots recomposés : nous allons doucement travailler la notion de syllabe. A partir de ces images d’animaux comprenant 2 syllabes, trouver les noms des animaux, redire les noms en marquant les syllabes (la-pin). L’enfant découpe sur le trait au milieu et recompose de nouveaux animaux comme « la-chon » qui a la tête du lapin (la) et le postérieur du cochon (chon). C’est un animal inventé !

Mots recomposés Cochon

Mots recomposés Lapin

Mots recomposés Mouton

Mots recomposés Souris

  1. Graphisme :

En classe, l’enseignant(e) ferait beaucoup de manipulations, ferait rechercher ces graphismes dans des objets… Pour que ce soit plus simple pour vous, je vous propose des fiches :

Le trait horizontal : selon les difficultés éprouvées refaire une des 3 fiches (n°15, 16 ou 17) sachant que la 17 est la plus difficile.

Le trait oblique : fiche 21.

  1. Écriture de son prénom :

– Fiche 1 du fichier production d’écrits.

  1. Lecture :

Reconstituer le mot « papa » en collant les lettres dans l’ordre et dans le bon sens (petits points en haut à gauche pour l’orientation).

Reconstituer le mot papa

Entoure le mot « papa »

Entoure papa

  1. Mathématiques :

Réviser la comptine à compter

Pirouette

  • 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7,
  • J’ai fait une pirouette.
  • 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7,
  • J’ai déchiré mes chaussettes,
  • 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7,
  • J’ai marché sur mes lunettes !
  • Pirouette,
  • Sans chaussettes !
  • Pirouette,
  • Sans lunettes !
  • Sans lunettes sur le nez,
  • Je suis tout défiguré !

En voici une autre à apprendre :

  • 1, 2, 3,
  • 4, 5, 6,
  • 7, 8, 9,
  • Moi je compte jusqu’à neuf,
  • Avant de pondre mon œuf.
  • 1, 2, 3,
  • 4, 5, 6,
  • Si je compte jusqu’à six,
  • Mon œuf est en pain d’épices.
  • 1, 2, 3,
  • Si je compte jusqu’à trois,
  • Mon œuf est en chocolat !

1 – 2 – 3 : à partir de la comptine repasser uniquement sur 1 – 2 et 3 en partant du petit point. Colorier les dessins. La comptine est écrite à la main afin que l’enfant ait un modèle d’écriture cursive (je veux dire un modèle fait par un être humain qui a essayé de s’appliquer comme l’enfant va le faire, pas une machine programmée, un ordinateur qui peut faire des millions de 2 de la même façon en appuyant sur une touche).

Comptine mathématiques

poule

En haut/en bas : fiche 6

En haut en bas

 

  1. Dessin :

Poisson d’avril : mercredi c’est le 1er avril donc nous allons faire un poisson que l’enfant va décorer (graphisme décoratif : le sens de lecture-écriture n’a pas à être respecté) et découper. Un petit morceau de scotch et il est prêt à être utilisé, méfiez-vous ! Voici le patron avec 2 niveaux de difficultés :

Patron poisson d’avril

Coloriage identique : fiche 24.

Poisson d'avril

8. Activités manuelles : au choix et selon le matériel dont vous disposez.

Bon courage, n’hésitez pas si besoin.

Assistantes maternelles et nombre d’enfants accueillis Covid-19 : 2 textes au JO du 26 mars 2020

Deux textes au Journal Officiel du 26 mars 2020 concernent la capacité d’accueil par les assistants maternels durant la crise du COVID-19.

  • Le premier texte est l’ « Ordonnance n°2020-310 du 25 mars 2020 portant dispositions temporaires relatives aux assistants maternels et aux disponibilités d’accueil des jeunes enfants » : Par dérogation, autorisation d’accueil par l’assistant maternel de 6 enfants simultanément. « Ce nombre est toutefois diminué du nombre d’enfants de moins de trois ans de l’assistant maternel présents à son domicile ». Le nombre de mineurs accueillis en même temps et de tous les âges est fixé à 8 maximum.

Ordonnance du 25 mars 2020 accueil jeunes enfants chez les assistants maternels Covid-19 JO 26 mars 2020

  • Le second est le « Rapport au Président de la République relatif à l’ordonnance n°2020-310 du 25 mars 2020 portant dispositions temporaires relatives aux assistants maternels et aux disponibilités d’accueil des jeunes enfants » : ce rapport demande l’augmentation de l’offre d’accueil pour les assistants maternels qui le souhaitent, notamment pour accueillir des enfants de professionnels prioritaires particulièrement des fratries, en plus de leurs propres enfants. Il propose également la création d’un service unique d’information aux familles de professionnels reconnus indispensables, permettant de connaître les places disponibles près de chez eux.

Rapport sur l’ordonnance du 25 mars 2020 assistants maternels JO 26 mars 2020