Mémoire master MEEF mentions 1 et 4 : documents d’aide

Je vous propose deux documents que j’utilise dans le cadre de la direction de mémoires MEEF mention 1 (professeurs des écoles étudiants et stagiaires) et mention 4 (master PEPAD : petite enfance et partenariat éducatif) à l’INSPE :

20170827_180735.jpg

1. Une fiche d’aide à la problématisation qui sert de navette entre l’étudiant et moi afin de faire mûrir la réflexion.

Fiche étudiant Aide à la problématisation oct 2019

Fiche étudiant Aide à la problématisation oct 2019

2. Un document d’aide à la rédaction du mémoire.

Document d’aide à la rédaction du mémoire oct 2019

Document d’aide à la rédaction du mémoire oct 2019

Cela peut vous être utile si vous vous sentez « bloqué » à un moment donné. Dans tous les cas, vous référez aux conseils de votre directeur de mémoire.

 

Cahiers de maternelle en Autriche

     Voici des cahiers de maternelle utilisés en Autriche : cahiers avec carreaux de 0,5cm X 0,5cm et un cahier particulier (petit et grand format) avec des lignes horizontales tous les cm mais comprenant une marge rouge à gauche sur la page de gauche et une marge rouge à droite sur la page de droite !

Cahiers de maternelle en Autriche 1

Cahiers de maternelle en Autriche

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Puis des cahiers pour apprendre à écrire les lettres ; des cahiers différents existent pour apprendre à écrire les chiffres (lignage différent).Cahier de maternelle en Autriche pour l'écriture 1

Cahier de maternelle en Autriche pour l'écriture 2

 

École maternelle pour élèves à besoins éducatifs particuliers à Graz en Autriche

     Voici une école maternelle pour élèves à besoins éducatifs particuliers « Kindergarten Hort Rosenhain » située à Graz en Autriche sur 6000m2 de terrain boisé où les enfants peuvent apprendre de leur environnement. Ils y sont accueillis à partir de 3 ans mais seule la dernière année avant l’école élémentaire est obligatoire et donc gratuite le matin. Voici quelques photographies de cette grande cour de récréation et ensuite, leur pédagogie d’après la traduction du livret pédagogique (coopération avec les parents, inclusion, participation, l’exercice et la santé, langue et communication…). Des enseignants de maternelle, des enseignants de maternelle spécialisés et des spécialistes (psychologues, ergothérapeutes…) y travaillent.

Ecole maternelle spéciale Graz 1Ecole maternelle spéciale Graz 2.jpg

 

 

 

 

 

Ecole maternelle spéciale Graz 9Ecole maternelle spéciale Graz 8Ecole maternelle spéciale Graz 10

Ecole maternelle spéciale Graz 7

Ecole maternelle spéciale Graz 6

Ecole maternelle spéciale Graz 5

Ecole maternelle spéciale Graz 4

La coopération avec les parents :

– s’approcher ouvertement et curieusement les uns des autres ;

– prendre du temps l’un pour l’autre, pour que la confiance puisse se développer ;

– créer l’espace et le temps nécessaires à l’échange d’informations et d’expériences afin de permettre une réflexion commune

– dans les moments de joie, célébrer ensemble ; dans les moments de défis, se renforcer mutuellement ;

– découvrir ensemble les forces de l’enfant et parler de l’histoire de l’enfant ;

– les découvertes et les réalisations des enfants se complètent et ils apprennent les uns des autres ;

– des réunions régulières entre parents et enseignants sur demande et selon les besoins ;

– un entretien de développement à l’aide de la fiche d’observation pour les enfants âgés de 3 à 6 ans ;

– contact téléphonique ;

– contact écrit sous forme de lettres aux parents, de fiches d’information, d’invitations, carnets de contact avec les parents ;

– célébrer des fêtes ensemble ;

– soirées parents

– « Pourparlers de porte ».

secteurs éducatifs

Inclusion :

« On est ensemble ! » Dans notre maternelle curative, l’inclusion fait partie de la vie quotidienne. Nous prenons soin de percevoir chaque enfant dans son individualité par rapport à son développement et sa personnalité. Nous transmettons nos valeurs et notre image de l’homme dans le sens d’un travail inclusif. Pour nous, il est important d’approfondir les expériences communes, par exemple lors d’excursions, de festivals et de projets, et de promouvoir ainsi le bien commun.

Il est important pour nous de tenir compte des besoins de chaque enfant ainsi que des besoins du groupe dans son ensemble.

C’est pourquoi nous créons des possibilités d’apprentissage différenciées afin que chaque enfant puisse vivre son propre potentiel de développement au sein du groupe. Nous vivons l’expérience d’apprendre ensemble dans le sens où « j’apprends de vous et vous apprenez de moi » est particulièrement précieux. À la maternelle curative, nous apprenons les uns des autres grâce à une interaction respectueuse, attentive et appréciative.

Participation : « J’en suis ! » Chaque enfant fait partie du groupe et contribue à sa façon au processus de développement du groupe. Grâce à la variété des possibilités d’apprentissage et de jeu, les enfants disposent d’un cadre approprié pour prendre leurs propres décisions et, par conséquent, assumer progressivement la responsabilité de leurs propres actions.

L’expression de la participation est, entre autres, que les enfants trouvent un espace où communiquer et partager leurs souhaits, leurs idées et leurs opinions.

Nous attachons une importance particulière au fait que les enfants soient capables de prise de décision de manière à façonner activement les événements de groupe.

L’exercice et la santé : « Je bouge et je vis le monde comme ça ! » L’envie naturelle des enfants de bouger est satisfaite par notre environnement, qui offre les expériences de mouvement les plus variées (intérieur et extérieur). Grâce à la joie du mouvement et à la mise à l’épreuve joyeuse de leurs propres possibilités physiques, les enfants développent leur force et leur endurance, leur coordination et leur dextérité en fonction de leur développement. Une attitude de base positive à l’égard de leur propre corps et la connaissance des mesures préventives de maintien de la santé, telles qu’une alimentation saine, l’exercice physique et l’hygiène dentaire, aident les enfants à prendre en charge leur propre corps de manière autodéterminée.

Langue et communication : « J’écoute et on m’entend ! » Outre l’expression physique, qui comprend les expressions faciales et les gestes, le langage est notre moyen de communication le plus important. Pour nous, la promotion de la langue et de la compréhension du langage est une partie essentielle du travail éducatif à la maternelle. Les enfants font l’expérience du langage dans la vie quotidienne de la maternelle en accompagnant leurs actions par des activités ciblées – écouter des histoires, regarder des livres d’images, des jeux de doigts, des chansons, des comptines, des musiques rythmées, etc.

La capacité de s’exprimer, d’exprimer ses sentiments et ses besoins, de communiquer, d’entrer en conversation les uns avec les autres, transmet un sentiment d’unité et d’appartenance.

Un aspect important de la maternelle curative pour les enfants dont les possibilités d’expression linguistique ne sont pas encore aussi développées est la communication soutenue et la communication soutenue par la langue des signes. Le mouvement et le langage sont liés l’un à l’autre et les concepts sont ainsi transmis de manière holistique.

C’était comment avant : le registre d’appel en 1881 ?

En apparence, il n’était pas très différent de celui d’aujourd’hui. Grace à Eugène Rendu (1881, p.64), nous pouvons replonger dans la circulaire ministérielle du 17 avril 1866 qui justifie moralement la tenue du nouveau registre journalier, base de la statistique nationale :

« Il s’agit d’enfants dont nous avons la charge, d’unités vivantes dont pas une ne doit être négligée. Ce chiffre que l’instituteur s’astreint à marquer pour une absence, c’est toute une leçon qu’il donne aux enfants, aux familles, au pays. Quand l’Administration dit à l’instituteur qu’il ne doit pas laisser passer inaperçue l’absence d’un seul élève pendant un seul jour, elle dit par là même aux parents que cette absence n’est pas un fait insignifiant ; qu’eux aussi doivent respecter le temps des enfants ; que, dans la durée si réduite des études primaires, les jours, les heures sont comptés ; que priver l’enfant de quelques leçons, chaque mois, c’est priver son intelligence de quelques-unes des ressources et des chances de développement dont elle avait strictement besoin ; c’est causer à cet enfant un préjudice réel en brisant pour lui la suite des idées, le bon ordre de l’enseignement, la progression des exercices ; c’est enfin prendre sur son capital et mutiler cette éducation, qui n’est pourtant que le minimum de la culture nécessaire à l’homme et au citoyen. »

Registre d'appel couverture

La circulaire du 17 avril 1866 explicite comment faire l’appel car à l’époque cela pouvait s’avérer long au regard des 50, 60 ou 80 noms… et des retardataires très fréquents. Pour éviter de perdre du temps, la circulaire indique de placer aux tables les enfants, dans le même ordre que dans le registre !

La différence avec le registre d’aujourd’hui est que les absences figuraient à gauche et les notes des élèves, à droite. Eugène Rendu (1881, p. 65) rappelle et synthétise les écritures obligatoires de l’instituteur : « Le registre matricule donne la situation financière, le journal de classe indique les opérations faites, le registre d’appel et de notes fournit les résultats moraux obtenus. » Vous pouvez découvrir sur le registre la partie pédagogique et les matières notées. Le mode de notation était : Parfait : 10 ; Très bien : 9 ; Bien : 7 et 8 ; Assez bien : 6 ; Passable : 5 ; Médiocre : 3 et 4 ; Mal : 1 et 2 ; Nul : 0. Et de préciser que ce mode de notation est le même que celui des examens d’admission aux écoles normales, au certificat d’études primaires, et qu’il est suffisamment précis pour y trouver toutes les nuances du mérite !

Registre d'appel et notes

Si les enfants sont placés aux tables comme sur le registre d’appel, ce n’est pas en référence à l’ordre alphabétique du nom de famille, mais en fonction de ce mérite justement. Le travail du mois permettait à certains de changer de place et d’aller « de l’avant », en fonction des notes mais surtout de l’exactitude et de la conduite : les premiers venaient chercher une récompense exceptionnelle et les derniers baissaient la tête !

Une copie de la page annuelle était transmise en fin d’année scolaire à l’inspecteur de l’enseignement primaire.

Registre d'appel relevé annuel

Rendu E. (1881). Manuel de l’enseignement primaire. Pédagogique, théorique et pratique. Paris : Hachette. Nouvelle édition remaniée et très augmentée avec la collaboration de A. Trouillet, Inspecteur de l’Instruction Primaire. La première édition date de 1857.