C’était comment avant : les conférences pédagogiques ?

Circulaire du 31 janvier 1829 : « Chaque recteur s’occupera d’établir dans son académie, canton par canton, aux époques les plus favorables, des conférences entre les instituteurs, sous la présidence d’un inspecteur. Cet officier de l’université se transportera dans tel ou tel arrondissement, que le recteur lui aura désigné ; là, seront réunis les instituteurs appartenant à la circonscription d’un ou de plusieurs comités suivant les localités et les circonstances. L’inspecteur questionnera les maîtres ; il les soumettra à diverses épreuves de leçons ou de compositions ; il donnera des avis… ».

L’arrêté du 10 février 1837 prévoyait que les instituteurs de plusieurs cantons pouvaient se réunir avec l’accord de leur hiérarchie pour discuter de leur enseignement, des méthodes, l’éducation des enfants… mais tout autre sujet était banni. Les instituteurs pouvaient également faire un compte-rendu de lecture d’ouvrage pour leurs collègues, ou aborder un point de la direction d’école… Il y avait toujours un président de séance désigné par le recteur de l’académie ; le vice-président, le secrétaire, le bibliothécaire étaient nommés par les instituteurs à la majorité, pour un an. Et, précise le décret : « Des indemnités seront délivrées à ceux des instituteurs qui n’auront manqué à aucune réunion sans motif valable et dûment justifié ». Ces conférences ont aussi été désignées sous l’appellation « cours de perfectionnement » mais ayant lieu tous les mois en hiver et deux fois par mois en été, elles ont disparu en 1848.

Une circulaire ministérielle rétablit les conférences en 1856 mais 3 fois par an. Voici les instructions concernant ces nouvelles conférences scolaires : « L’inspecteur-président, à chacune des séances du matin et du soir, fera une leçon orale sur une question de pédagogie. Cette leçon aboutira toujours à des conclusions pratiques. A la conférence suivante, chaque instituteur rapportera la leçon rédigée d’après ses notes ; l’inspecteur examinera ces rédactions, et, à une séance ultérieure, en présentera la critique, en les classant par ordre de mérite. Après la leçon, un instituteur désigné dans la précédente conférence donnera lecture d’un rapport qu’il aura rédigé sur une question de pédagogie pratique, de discipline scolaire ou d’intérêt administratif… ». Cette circulaire insiste sur le rôle des inspecteurs pour transformer ces conférences en « pierre de touche des qualités que l’administration supérieure a le droit d’exiger… ». (Rendu, 1881, p. 332).

Entre 1856 et 1880, les conférences avaient lieu de manière très inégales selon les départements.

L’arrêté du 5 juin 1880 précise :

Article 1er : Des conférences pédagogiques d’instituteurs et d’institutrices publics seront organisées dans chaque canton par l’autorité académique. Deux ou plusieurs cantons pourront être réunis. Le recteur, sur la proposition de l’inspecteur d’académie, pourra décider que la même conférence sera commune aux instituteurs et aux institutrices. La présidence appartient, de droit, à l’inspecteur d’académie, ou, à son défaut, à l’inspecteur primaire. Les membres de la conférence nomment, chaque année, un vice-président et un secrétaire choisis parmi eux.

Article 2 : Il ne sera traité, dans ces conférences, que de matières de pédagogie théorique et pratique.

Article 3 : A la dernière réunion de chaque année scolaire, la conférence propose les questions qui pourront être traitées au cours de l’année suivante. La liste de ces questions est arrêtée et publiée, dans le plus bref délai possible, par l’inspecteur d’académie.

Article 4 : La présence aux conférences pédagogiques est obligatoire pour tous les instituteurs et institutrices publics titulaires ; elle l’est aussi pour les instituteurs adjoints, toutes les fois que leur présence n’est pas nécessaire à l’école. Des dispenses pourront être accordées par l’inspecteur d’académie.

Article 5 : Les instituteurs et institutrices libres peuvent, sur leur demande, être autorisés par l’inspecteur d’académie à assister aux conférences.

Article 6 : le nombre, la date et le lieu des réunions sont fixés par l’autorité académique.

Article 7 : Une copie du procès-verbal de chaque séance est envoyée à l’inspecteur primaire ».

La circulaire du 10 août 1880 permettra la mise en application de cet arrêté en précisant l’importance d’échapper à l’isolement pour les enseignants, à la routine et au découragement. Les conférences avaient pour buts de les faire se rencontrer et échanger ainsi que nouer des relations avec la hiérarchie. « Créer entre eux librement cette communauté d’esprit et cette solidarité professionnelle qui fait la puissance et la dignité du corps enseignant. » indique la circulaire.

La circulaire du 20 août 1880 réclamait le vote d’une indemnité pour les instituteurs et institutrices au regard des frais engagés afin d’assister aux conférences pédagogiques.

Source :

Rendu E. (1881). Manuel de l’enseignement primaire. Pédagogique, théorique et pratique. Paris : Hachette. Nouvelle édition remaniée et très augmentée avec la collaboration de A. Trouillet, Inspecteur de l’Instruction Primaire. La première édition date de 1857.

 Pour aller plus loin :

(1880). Conférences pédagogiques de Paris en 1880. Rapports et procès-verbaux. Paris : hachette.

Conférences péda 1880 1 Conférences péda 1880 2

Conférences péda 1880 3 Conférences péda 1880 4

– Sardella L. P. (1988). Des conférences d’instituteurs aux demi-journées pédagogiques : une intuition détournée. Recherche et Formation, 3, p. 19-34.

https://www.persee.fr/doc/refor_0988-1824_1988_num_3_1_914

– IFE, dictionnaire Ferdinand Buisson :

http://www.inrp.fr/edition-electronique/lodel/dictionnaire-ferdinand-buisson/document.php?id=2425

 

 

 

Tableau de fréquence des graphèmes

     Après le tableau de fréquence des phonèmes (post du 23 octobre 2019) voici le tableau de fréquence des graphèmes. Les 5 premiers représentent 37,05% et les 10 premiers, 61,64%. J’ai ajouté ensuite les phonèmes qui correspondent et le numéro d’ordre de fréquence de ces phonèmes.

Pour rappel, une langue est dite transparente lorsque les nombres de phonèmes et de graphèmes sont assez proches. C’est le cas de l’italien (25P pour 35G à peu près) ; l’anglais et le français ne sont pas des langues transparentes…

Cube lettres à toucher avec trait vertical

Tableau de fréquence de tous les graphèmes

Sources :

– Peytard J., Genouvrier E. (1970). Linguistique et enseignement du français. Paris : Larousse.

– Léon P. R. (1966). Prononciation du français standard. Aide mémoire d’orthoépie. Paris : Didier.

Synthèse des fréquences  des graphèmes  (et phonèmes) issue des deux ouvrages :

BRIQUET-DUHAZÉ S. (2013). Développement professionnel et enseignement de la lecture au CP. Paris : L’Harmattan.    BRIQUET-DUHAZÉ S. (2013). Entraînement de la conscience phonologique et progrès en lecture d’élèves en grande difficulté. Paris : L’Harmattan.

Bibliographie sur la connaissance des lettres

     Voici une bibliographie scientifique sur la connaissance des lettres (nom, son, graphie).

Concernant la pédagogie, d’une manière générale, il convient :

– de faire attention à orienter les lettres qu’elles soient sur un socle ou mobiles ; orienter le bac dans lequel elles sont posées ou la table (pour ma part, j’utilise un point en haut à gauche) ;

– ne pas faire travailler les élèves les uns en face des autres mais les uns à côté des autres (afin d’éviter les erreurs d’orientation et de mémorisation) ;

– de nommer les lettres quand elles sont manipulées ;

– de proposer des lettres en relief (papier de verre, en creux…), rugueuses… afin de faciliter la mémorisation des élèves qui n’y parviennent pas lorsqu’on leur présente des lettres écrites sur une feuille ou au tableau ;

– de multiplier les présentations et les matières (bois, plastique, magnétique, autocollant, pâte à sel, peinture en relief, pâte à modeler…) pour que chaque élève s’essaye à (hormis les lettres déformées, humoristiques mais inadéquates pour un apprentissage ; les fabriquer avec les élèves quand cela est possible (terre, pâte à sel, peinture en relief…).

– commencer par les lettres en scripte minuscule qui sont les lettres de la lecture, ce sont celles qu’il est nécessaire de connaître prioritairement.

20190828_170925

BIBLIOGRAPHIE Connaissance des lettres

Tableau de fréquence des phonèmes

     Suite aux deux animations pédagogiques sur la connaissance des lettres réalisées les 9 et 16 octobre 2019 pour la circonscription de Saint-Etienne-du-Rouvray (76), je remercie Mmes  Loisel et Morelle, CPC ; M. Darras coordonnateur réseau et les équipes de direction des collèges Eluard de Saint-Etienne-du-Rouvray et Charcot de Oissel, pour leur accueil.

Cube trait vertical orientéCube lettres à toucher avec trait vertical

Merci également à tous les professeurs des écoles de GS, CP et CE1 pour votre participation, votre travail au service de la réussite en lecture des enfants. Préparer à apprendre à lire en maternelle et apprendre à lire au CP et CE1, c’est magique et en même temps une grosse responsabilité alors ayez confiance en vous ou gardez confiance en vous. Votre travail mérite respect et encouragements.

Voici le tableau de fréquence des phonèmes issu de : Peytard J., Genouvrier E. (1970). Linguistique et enseignement du français. Paris : Larousse.

Suit un tableau que j’avais réalisé il y a quelques années en croisant les 10 graphèmes les plus fréquents avec les 10 phonèmes les plus fréquents, puis un autre avec l’ensemble des graphèmes et phonèmes :

Tableau de fréquence des phonèmes