Écriture des capitales d’imprimerie contenant un trait vertical

Je vous propose un fichier autonome (modifiable si vous le souhaitez) « Écriture des lettres capitales avec un trait vertical«  sous la forme d’un lutin, que vous pouvez disposer à un atelier périphérique. Il correspond à la petite section et la moyenne section mais peut tout à fait être utilisé en grande section.

Bien sûr, des séances auront été réalisées au préalable mais ce fichier contient des pages orientées (point rouge en haut et à gauche) ; les lettres capitales contenant un trait vertical et la décomposition des tracés avec le moins de levés de crayon possibles, dont l’ordre et le sens sont symbolisés par des petites flèches. Il facilite ainsi le travail en autonomie.

Fichier autonome Lettres capitales avec trait vertical

Fichier autonome Écriture capitales d’imprimerie avec trait vertical PS-MS-GS

Fichier autonome Écriture capitales d’imprimerie avec trait vertical PS-MS-GS

En complément, un cube afin de toucher des traits verticaux : le point rouge permet à chaque fois à l’enfant de bien positionner la face du cube (les traits sont en peinture 3D) et il doit toucher-suivre le trait de haut en bas. De la même façon, un cube avec les lettres capitales contenant un trait vertical : ici le B est en pâte à bois. Les cubes lettres peuvent être réalisés par les enfants en atelier dirigé.

Toucher les lettres tout en prononçant leur nom, permet à certains élèves de réaliser cet apprentissage (apprendre, comprendre et mémoriser) là où cela leur est impossible lorsqu’elles sont imprimées sur du papier !

Cube trait vertical orientéCube lettres à toucher avec trait vertical

Au prochain lutin !

Productions plastiques et visuelles (3ème partie, en route vers l’écriture)

Il s’agit, au travers de ces trois fiches de préparation, d’apprendre des gestes et de maîtriser des compétences d’écriture : apprendre à écrire en dessinant, en créant et donc avec plaisir et décontraction ! La bienveillance en fiches de préparation.

La recherche esthétique, la foison des couleurs, le plaisir de déchirer (non admis en écriture sur un cahier !)… au service de la dissociation, l’articulation du poignet, la maîtrise de la pince, l’ajustement de la pression, le sens de lecture-écriture et comprendre ce que signifie écrire sur une ligne et entre deux lignes.

Et avec tout cela, on encourage tous les enfants, on les félicite et on croit en eux, évidemment !

Fichier art

 

FICHE 11 Papier déchiré

FICHE 12 Peinture au carton

FICHE 13 Empreintes à l’éponge

 

 

 

Modélisation d’apprentissage d’un tracé graphique grâce au corps

20180114_162253              20180114_151651

Les belles lignes de la falaise d’Etretat

Le document Eduscol intitulé « Graphisme et écriture » comporte deux parties bien distinctes à ne pas confondre soulignant que les apprentissages graphiques n’ont pas vocation première de préparer la main à l’apprentissage de l’écriture. Néanmoins, les apprentissages graphiques visent des objectifs moteurs, de perception, de repérage dans l’espace, de motricité fine. L’habileté gestuelle ainsi comprise et pratiquée sera un atout pour l’écriture. Les programmes de 2015 le rappellent, le tracé graphique est le résultat.

Je vous propose donc une modélisation d’apprentissage, un processus dont l’aboutissement et uniquement l’aboutissement sera le tracé graphique sur feuille.

1.Donner l’objectif aux élèves: « Nous allons apprendre un graphisme décoratif qui vous permettra…».

2. Évaluer les compétences des élèves sur des grandes feuilles en leur proposant de faire le tracé graphique qu’ils souhaitent apprendre… Bien insister sur l’arrêt et la reprise en cours de tracé afin de vérifier l’exactitude du tracé. Exemple : certains élèves maîtrisent parfaitement l’enchaînement des boucles mais sont incapables de les reprendre après un arrêt momentané. Nous considérons que le geste n’est pas complètement automatisé. D’autres feront des vagues, quand d’autres encore auront une maîtrise parfaite du geste.

Evaluation graphisme

Trois groupes se dessinent : le premier qui doit apprendre le tracé graphique requiert toute l’attention de l’enseignant. Le second a besoin d’automatiser sous « surveillance partielle ». Le troisième peut commencer à réinvestir, aller plus loin… Les groupes ne s’exerceront pas en même temps.

3. Disposer des cordes de différentes longueurs dans la salle de jeux en reproduisant des boucles, des ponts… par exemple.

La salle de jeux peut être orientée comme une feuille (haut-bas, gauche-droite) en plaçant un cerceau rouge indiquant le haut à gauche (utiliser ce même symbole sur les feuilles, les supports comme le bac à sable… de façon à ce que l’enfant les prenne toujours dans le bon sens et y soit attentif). Les cordes ayant la même orientation, cela facilite le repérage dans l’espace. Entraînement en salle de jeux en marchant sur des boucles en corde. Comme les boucles sont de différentes hauteurs, cela permet les rotations des élèves et le travail en pédagogie différenciée (même consigne, même objectif mais pas les mêmes supports : pas de lassitude, prise en compte des différences, réalisation de progrès grâce au « s’essayer à »). Les élèves travaillent les boucles avec l’ensemble du corps. Au travers de cette activité réalisée au cours de plusieurs séances, les élèves vont mieux comprendre les changements de direction grâce à la rotation de leur corps. Beaucoup d’élèves ne comprennent pas les changements de direction lorsqu’ils réalisent un tracé sur une feuille puisque leur corps, leur bras, leur main ne pivotent pas !

4. S’entraîner dans des bacs à sable, à semoule… D’abord avec le doigt puis avec un outil (bâtons de bois, vieux feutres avec bouchons…). Effacer, recommencer. Des formes évidées seront proposées, des règles pour écrire sur une ligne, retour à la ligne… Atelier à disposition permanente.

20180114_112419    20180114_113147

20180114_113208     20180114_113230.jpg

20180114_113300

J’utilise de vieux intercalaires en plastique rigide afin de découper des formes graphiques. Les bacs sont des couvercles de boîtes à rangement ou des bacs blancs récupérés à la cantine.

5. S’entraîner sur des feuilles de formats différents avec des outils différents.

Pour aller plus loin, le chapitre 11 :

Couverture ouvrage enseignement-apprentissage à l'EM Tome 1 2013

 

 

Progressions Graphisme-écriture PS, MS, GS

Voici des progressions en graphisme-écriture de la PS à la GS. Cela concerne la compétence « Commencer à écrire tout seul » (la progression concernant Les essais d’écriture de mots et Les premières productions autonomes d’écrits, bien que reliée à celle-ci,  vous sera proposée plus tard).

Mon cheminement pour la réalisation de ces 3 progressions est :

  • Pour les petites sections, l’écriture des lettres en capitales d’imprimerie à la main afin de repérer les graphismes nécessaires pour écrire le prénom. Puis, lister les graphismes afin d’écrire les lettres dans lesquelles on les retrouve.

Des capitales d’imprimerie vers les graphismes Des graphismes vers les capitales d’imprimerie

  • Pour les grandes sections, l’écriture des lettres en cursive à la main afin de repérer les graphismes nécessaires pour écrire son prénom et bien d’autres mots en cursive. Puis, lister les graphismes afin d’écrire les lettres dans lesquelles on les retrouve.

Des lettre cursives vers les graphismes Des graphismes vers les lettres cursives

Dans un deuxième temps, j’ai réalisé les graphismes pour les élèves en orientant chaque étiquette (petit point en haut à gauche) et en précisant le sens d’orientation de chaque graphisme grâce à une petite flèche. Ces étiquettes sont destinées à être affichées pour les élèves et également déposées au coin graphisme-écriture en autonomie.

Voici les étiquettes de graphismes permettant de réaliser l’écriture du prénom en capitales d’imprimerie pour les petits-moyens :

Images graphismes pour capitales d'imprimerie 1Images graphismes pour capitales d'imprimerie 2Images graphismes pour  capitales d'imprimerie 3.jpg

Voici les étiquettes de graphismes permettant de réaliser l’écriture du prénom en cursive pour les moyens-grands :

Images graphismes pour écriture cursive 1Images graphismes pour écriture cursive 2Images graphismes pour écriture cursive 3

Réaliser ces graphismes pour les élèves nous permet de bien repérer les trajectoires et sens d’orientation de chacun d’entre eux et, par conséquent, les subtilités s’agissant de deux types d’écriture différents. Ainsi, pour les graphismes en capitales d’imprimerie, la canne descend et se dirige vers la gauche afin d’écrire la lettre J ; tandis qu’en graphisme préparatoire à l’écriture cursive, la canne descend et se dirige vers la droite afin d’écrire les lettres a, d et t. De même, le trait vertical a trois directions distinctes afin d’écrire en capitales d’imprimerie et une seule pour écrire en cursive.

Enfin, en tenant compte des résultats de travaux de recherche scientifique, notamment :

  • L’article : Bara F., Gentaz E. (2010). Apprendre à tracer les lettres : une revue critique. Psychologie Française, 55 (2), 129-144.  synthétisant les études scientifiques montrant qu’il y a de meilleures performances en maternelle lorsque les commentaires verbaux accompagnent le tracé, lorsque la forme des lettres est expliquée et lorsque des flèches de sens guident le modèle…
  • Le rapport : National Early Literacy Panel (2008). Developing early literacy. Washington: National Institute for Literacy, 234 p.  montrant que l’écriture du prénom en dictée est un autre prédicteur de la lecture ;

J’ai pu élaborer ces progressions, qui je l’espère, pourront vous aider à concevoir et justifier les vôtres :

Progression GRAPHISME ECRITURE PS

Progression GRAPHISME ECRITURE MS

Progression GRAPHISME ECRITURE GS

Un dernier petit mot pour les personnes qui habitent des pays où l’écriture scripte est requise : vous pouvez vous servir de la première partie sur les capitales d’imprimerie et vous inspirer de la démarche en retirant ce qui concerne l’écriture cursive.

Bonne appropriation !

 

L’orientation du support

Lors d’activités de graphisme, lecture, écriture (au sens large), il est nécessaire d’orienter le support (feuille, bac à sable…) de manière à ce que l’enfant puisse lui-même le prendre dans le bon sens, y compris lorsque la feuille est vierge.

Ce qui est naturel, automatisé  pour un adulte, à savoir prendre un support dans le bon sens, ne l’est pas pour un jeune enfant ne sachant ni lire ni écrire, mais cela doit lui être enseigné.

J’utilise un petit rond coloré (ou une petite gommette ronde) positionné en haut et à gauche du support.

Feuille blanche orientée 1  Feuille blanche orientée 2.JPG

Les consignes orales ne peuvent remplacer ce symbole visuel car « prends ta feuille dans le sens de la hauteur » alors que la feuille est posée sur la table, est une consigne difficilement compréhensible pour un enfant de 4-5 ans dont le « haut » est une notion qui s’est construite en rapport avec le plafond, le plus souvent.

Outre le fait de saisir le support dans le bon sens, cela permet à l’enfant d’acquérir le sens de lecture-écriture lui évitant, par exemple, d’écrire le prénom au milieu de la feuille.

Et quelquefois, le support ne peut être pris ! Mais il sera quand même orienté, permettant ainsi, à l’enfant, de se positionner par rapport au support.

Orienter un support dans le sable 1     Orienter un support dans le sable 2